L’ONU ne veut pas de Ségolène Royal