L’Etat Islamique a un plan de purification religieuse

Jürgen Todenhöfer, auteur et homme politique allemand, a passé dix jours «embedded» au côté des djihadistes de l’État Islamique. Il a raconté son séjour en Syrie et en Irak à Paris Match. Dans cette entretien, il confirme que des djihadistes viennent du monde entier de l’Europe aux Caraïbes. Mais il met surtout en garde contre la volonté de l’Etat Islamique d’une véritable purification religieuse.  A Mossoul, il ne reste plus que des sunnites:« Mais face à l’arrivée des djihadistes de Daech, la diversité religieuse de la ville a complètement été annihilée: pour les chiites, chrétiens et yézidis, c’était la conversion, la fuite ou la mort. »  Cette purification religieuse se retrouve aussi dans un plan bien précis: »Ils ont un plan de purification religieuse: ils veulent laisser faire survivre seulement les trois religions du livre, les juifs, les chrétiens et les musulmans qui suivent leur stratégie sévère. Tout le reste est à tuer. Tous les chiites, hindous, polythéistes, athéistes… Tout ça doit être tué. J’ai dit à quelqu’un du bureau de presse: « Si vous voulez tuer tous les chiites, c’est 150 millions de personnes ». Ils ont répondu: « Oui, et si c’était 500 millions on les tuerait aussi, ce n’est pas un problème, on va le faire ». Ils ont dit aussi clairement à Raqqa, à Mossoul, à Deir Ezzor : les musulmans qui vivent à l’ouest sont des infidèles qui ont trahi leur religion car ils croient en la démocratie. Quelqu’un qui participe aux élections, qui croit en la démocratie, trahit sa religion car il met les lois faites par les hommes au dessus des lois de dieu. Tous les musulmans de l’ouest qui votent ou se font élire sont à tuer. Ce programme de purification religieuse n’est pas encore très connu. Je ne l’avais pas imaginé aussi brutal, mais il est très, très clair et très dur.»

Pour Jürgen Todenhöfer, l’Occident et la coalition internationale sous-estiment la force et la puissance de cet état et ils n’ont aucune chance de le battre surtout par des bombardements :« Tout le reste finira en catastrophe et créera d’autres terroristes. Si vous bombardez, comme cela a été fait, des hôpitaux à Mossoul, ou dans d’autres villes, cela créé de nouveaux terroristes qui veulent prendre leur vengeance. » Pour lui , la solution se trouve au sein du monde arabe et pas ailleurs.