Irène Théry sur un petit air de Lyssenko