Guillaume Bernard s’interroge sur l’efficacité réelle du vote utile qui est plutôt un vote panique