Cuba: les Castro demandent des indemnités aux États-Unis pour les dommages causés par l’embargo

Le leader cubain Fidel Castro a rappelé jeudi aux États-Unis qu’ils doivent à Cuba de  »nombreux millions de dollars », tout en promettant que son pays ne cessera jamais de lutter pour la paix et le bien-être de l’ensemble de l’humanité. Dans un message publié jeudi à l’occasion de son 89ème anniversaire, l’ancien président cubain a dit qu’une dette s’élevant à de nombreux millions de dollars était due à Cuba en compensation de l’embargo imposé à l’île, comme l’a dénoncé son pays avec des arguments et des chiffres, tout au long de ses interventions devant les Nations Unies. Dans un article intitulé  »Rêves et réalité », M. Castro souligne que la justice sociale – aux États-Unis – doit être renforcée de façon à ce que tous les citoyens puissent avoir accès à l’éducation, à la santé, à la nourriture, à la culture, à la sécurité et au droit de culte, quelle que soit la couleur de leur peau ou leur pays d’origine. Le président cubain Raul Castro a quant à lui déclaré mercredi qu’une normalisation des relations avec les États-Unis ne sera pas possible tant que le blocus économique, financier et commercial imposé contre La Havane restera en place.

A l’issue de la Cinquième session ordinaire de la Huitième législature du Parlement cubain, M. Castro a indiqué qu’une route longue et sinueuse vers la normalisation débutera après la reprise officielle des relations diplomatiques entre Cuba et les États-Unis le 20 juillet. M. Castro a fait savoir que cette nouvelle phase demandera une réelle volonté de résoudre les problèmes qui se sont accumulés depuis 50 ans. « Il s’agit de créer de nouveaux liens entre les deux nations, différents de ceux que nous avons eu dans notre histoire commune », a précisé le dirigeant cubain devant les députés réunis au Palais des Conventions à La Havane. « Nous espérons que le président Barack Obama fera usage de ses pouvoirs exécutifs afin de démanteler cette politique qui a causé tant de dommages et de difficultés à notre peuple », a-t-il déclaré, ajoutant qu’avant que les liens bilatéraux soient normalisés, les États-Unis devront rendre à Cuba le territoire occupé par sa base navale à Guantanamo, stopper la diffusion à Cuba d’émissions radios et télévisées illégales, et éliminer les programmes visant à promouvoir la contestation interne et la déstabilisation sur l’île. En outre, le peuple cubain devra être indemnisé pour les dommages humains et économiques causés par des décennies de politiques américaines, a-t-il ajouté. Le président cubain a cependant réitéré la volonté de son gouvernement à avancer dans le dialogue et à voir au-delà des différends que les deux pays « pourraient avoir ». « Ainsi, les deux pays pourront chercher à obtenir des bénéfices mutuels ainsi que la paix, la stabilité et la coexistence pacifique dans la région et dans le monde », a-t-il conclu.