Belgique: Theo Francken veut rendre payant le droit de séjour

Mercredi dernier, comme le veut la Constitution, le controversé secrétaire d’État à l’Asile et la Migration N-VA Theo Francken est venu présenter les grandes orientations de sa politique en Commission intérieur à la Chambre et passer le grand oral. Pour couper court à toute polémique, il a fait preuve d’un coup de communication ingénieux. Il est venu accompagné d’un belge d’origine congolaise Laurent Mutambayi, chargé des relations parlementaires au cabinet de Théo Francken.

Il a parlé d’une politique « honnête et juste », indiquant qu’il allait « mener une politique d’asile et de migration ne donnant pas de faux espoir et n’entraînant pas d’attentes irréalistes« , grâce notamment à « des procédures et des décisions rapides« . Il compte aussi accélérer les retours en évitant les procédures dilatoires qui les retarderaient: »Quand le retour sur une base volontaire est impossible, il faut prendre les mesures nécessaires et efficaces pour un retour forcé« 

Aujourd’hui, il a donné d’autres précisions dans une interview à la Libre Belgique, dont son intention d’instaurer un droit de rôle à payer par ceux qui demandent un droit de séjour en Belgique. Cette mesure concernerait personnes qui viennent en Belgique pour travailler, étudier, qui demandent une régularisation ou un regroupement familial. Les montants ne sont pas encore fixés. Il y aurait toutefois des exceptions pour les demandeurs d’asile, ceux qui peuvent bénéficier d’une protection subsidiaire, les mineurs non accompagnés, les ressortissants européens et leur famille, les régularisations médicales. La mesure devrait être mise en  place rapidement.