Autour du PSG, c’est la frénésie médiatique déraisonnée 

psg barça2A lire les journaux, le PSG vient de remporter la Ligue des Champions en battant hier soir Barcelone sur le score de 3-2. C’est un exploit et la liste des qualificatifs élogieux seraient longues à faire. Il faut dire que Canal+ avait bien aidé et joué aussi en faisant de la rencontre, un événement médiatique de la plus haute importance digne d’une finale de coupe du monde. Quand on voit la frénésie médiatique autour du PSG au moindre de ses matchs, il ne faut pas s’étonner qu’une partie des amoureux français de foot ait du mal à avoir de la sympathie pour ce club à part les footix de base !

Depuis l’arrivée du Qatar, le PSG n’arrive pas à séduire les classes populaires mais surtout il continue de se chercher, d’avoir un projet convainquant. A cheval entre la cour des grands et celui des petits poucets, il ne sait pas laquelle choisir. Il voudrait être dans la grande dimension tout en continuant de profiter de l’avantage du plus petit, une position qui ne devient plus tenable ni acceptable car on attend un peu plus d’ambition venant d’un club qui a dépensé des millions d’euros sur le marché des transferts ces dernières années et qui compte des noms de grands footballeurs : Ibrahimovic, Cavani, David Luiz, Thiago Motta etc… Aujourd’hui le PSG est devenu une marque beaucoup plus qu’un club de foot avec une histoire, le Parc des Princes un lieu de rencontre pour politiques, bourgeois parisiens et people. Il n’y a plus d’âme dans ce club parce qu’il s’est construit du jour au lendemain avec de l’argent et non par des exploits sportifs. D’ailleurs sa fondation est assez tardive par rapport aux autres grands clubs français (1970). Il n’aura jamais, du moins pas pour l’instant, la dimension historique et d’institution sportive d’un Liverpool, Reald Madrid ou Bayern Munich ! Pourtant, c’est ce que voudrait faire croire les dirigeants du PSG à travers des matchs comme hier soir.

Il faut reconnaître que le PSG n’était pas favori, après son début de saison moyen, face à un Barça redevenu celui qu’il était il y a quelques années. C’était un grand match et le PSG a sorti, pour une fois, le grand jeu. Peut-on pour autant parler d’exploit ? Cela reviendrait à minimiser les qualités des joueurs de son équipe alors que les spécialistes ne cessent de déplorer le manque de compétivité des clubs français, en pleine régression sportive et financière. On a l’impression de mettre sur le même pied d’égalité toutes les rencontres. Les médias français sportifs ont leur part de responsabilité dans cette frénésie médiatique où on ne sait plus faire la part des choses. Ils ont cette faculté de passer du jour au lendemain d’une critique très sévère à une louange dithyrambique sans arriver à trouver un équilibre juste. Après seulement trois matchs, ils n’ont pas manqué de descendre en flèche le nouvel entraîneur marseillais Marcelo Bielsa en oubliant tout simplement qu’il faut du temps dans le foot parfois et que tout n’est pas instantané. Aujourd’hui, Marseille est 1er du championnat français et invaincu depuis six rencontres. Le constat est qu’une vraie bonne critique sportive manque en France loin des consultants qui ont le monopole de l’audience.

Qu’est-ce que ce sera quand le PSG passera les quarts de finale de la Ligue des Champions ? Démesure semble être devenue le maître-mot dans le football. Derrière cette frénésie médiatique, il y a toujours la question du business. Le PSG a besoin des médias pour redorer sa marque à l’international et les médias ont besoin du PSG pour se faire de la publicité et avoir de l’audience. C’est du donnant-donnant au détriment de l’aspect sportif. L’exploit, c’est quand on parlait encore de coupe d’Europe des clubs champions avec des matchs aller-retour à élimination directe. En 1984, le FC Metz est battu à domicile par le FC Barcelone 4-2 et ira s’imposer une semaine plus tard au Camp Nou sur le score de 4-1, se qualifiant. Voilà ce qu’on peut appeler un exploit sportif ! Le PSG a réalisé un grand match hier mais il en faudra beaucoup plus avant de réellement séduire sportivement et d’inspirer le respect. Certains devraient ne pas tomber en admiration au moindre de ses grands matchs !