Un norvégien fait avorter son ex à son insu

Le parquet a requis mardi sept ans de prison à l’encontre d’un homme jugé en Norvège pour avoir provoqué un avortement non désiré, en introduisant des pilules abortives dans un cocktail de fruits servi à son ex-partenaire. Le verdict est attendu le 17 mars.Il est accusé d’avoir, par deux fois, fait ingérer à la jeune femme d’une vingtaine d’années un mélange de deux médicaments pour IVG achetés sur internet, à son insu. La seconde fois, en mars 2014, la femme avec qui il avait eu une aventure avait perdu le bébé lors de sa 12e semaine de grossesse. « Il a essayé à plusieurs reprises de me convaincre d’avorter mais il n’en était pas question pour moi »,a témoigné la jeune femme devant le tribunal de Trondheim (ouest), selon des propos rapportés par la radiotélévision publique NRK. L’accusé est poursuivi pour blessures corporelles graves et, selon une disposition originale du code pénal norvégien, pour avoir interrompu une grossesse sans le consentement de la mère.

Pour la procureure, l’affaire est d’autant plus grave qu’il a utilisé du poison et sur de la longue durée. C’est un acte donc bien réfléchi et prémédité. Après un premier échec, il avait récidivé en pilant les médicaments et en les mélangeant à un smoothie. Il a expliqué vouloir être sûr d’interrompre la grossesse après avoir lu que le fœtus risquait des malformations. C’est le médecin traitant de la jeune femme qui, pris de doutes, avait prescrit des tests puis alerté la police.