Ukraine: la confrontation USA-UE-Russie continue 

Le mois de janvier voit une nouvelle exacerbation entre les USA, l’UE et la Russie sur le conflit ukrainien malgré les dernières tentatives de paix et de trêve. Les combats continuent sur le terrain alors que l’Ukraine a annoncé avoir perdu cinq soldats ukrainiens et que 23 ont été blessés. Jeudi dernier, treize personnes, voyageant dans un trolleybus, ont été tuées à cause d’un obus. L’UE et les USA semblent partis pour renforcer la confrontation.

La haute représentante de l’Union européenne (UE) pour les affaires étrangères Federica Mogherinia a indiqué hier que les ministre des Affaires étrangères de l’UE ont décidé de prolonger de six mois, jusqu’en septembre, les sanctions ciblées contre la Russie. Elle a ajouté que l’UE fera des propositions d’ici une semaine afin d’allonger cette liste noire et qu’elle engagera des travaux préliminaires sur les mesures qui peuvent être prises afin de s’assurer de la mise en œuvre de l’accord de Minsk:« Nous avons décidé d’avoir une proposition d’ici une semaine : elle comprendra d’autres noms de personnes et d’entités, qui seront ajoutés à cette liste. Cette décision sera prise lors du prochain Conseil des Affaires étrangères, le 9 février. »

Les États-Unis ont de leur côté menacé la Russie de nouvelles sanctions si Moscou continue de soutenir la rébellion en Ukraine, tout en saluant les nouvelles sanctions prises par l’UE:« l’accord est un signe supplémentaire que les événements des derniers jours et semaines sont absolument inacceptables et qu’ils auront de nouvelles conséquences. »

De son côté, la Russie accuse l’Occident d’utiliser le conflit ukrainien comme outil pour atteindre ses objectifs géopolitiques. Lors d’une réunion avec les gouverneurs, Sergueï Ivanov, chef de l’administration du Kremlin a déclaré:« Il est de plus en plus évident que nos partenaires occidentaux, en premier lieu nos partenaires transatlantiques, considèrent l’Ukraine comme un outil leur permettant d’atteindre leurs objectifs géopolitiques. L’objectif premier est de monter la Russie contre l’Union Européenne. »

Ce vendredi, de nouveaux pourparlers de paix doivent s’ouvrir à Minsk entre le « Groupe » de contact composé de représentants de l’Ukraine, de la Russie et de l’OSCE, ainsi que des rebelles prorusses.

Moscou a accueilli cette semaine des opposants syriens et des émissaires du président Bachar el-Assad pour entamer des pourparlers de paix pour régler le conflit syrien. La Coalition nationale de l’opposition syrienne est absente des débats. Les discussions se sont terminées jeudi. Les participants ont donné leur accord de principe à une série de dix points très généraux établie par le modérateur des pourparlers, l’expert russe Vitaly Naoumkine. Washington avait déclaré soutenir « tout effort » qui pourrait permettre d’obtenir « une solution durable au conflit« . La France continue de réclamer le départ d’Assad.