Tous les fruits gâtés de mai 1968 s’accumulent en pourritures

By SalonBeige

Editorial d’Hilaire de Crémiers dans Politique Magazine à propos de la manifestation parisienne du 1er mai :

« Il n’est pas douteux que la Préfecture de police et le ministère de l’Intérieur ont donné des ordres pour éviter au mieux ce qu’il est convenu d’appeler  » les dommages collatéraux ». C’est-à-dire des passants, autrement dit des manifestants  » honnêtes » (!) ou des  » curieux » se hasardant sur les lieux, qui pourraient être bousculés ou blessés à l’occasion de charges policières ou de heurts frontaux. Ce qui provoquerait aussitôt des hurlements d’indignation, l’indignation ne fonctionnant comme En savoir plus

Via:: Le Salon Beige