Syrie: 25 membres de l’EI tués dans l’explosion d’un dépôt d’armes 

Une puissante explosion dans un dépôt d’armes de l’est de la Syrie a tué au moins 25 membres de l’Etat islamique (EI) mercredi, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Plusieurs déflagrations qui seraient liées à l’explosion d’un dépôt d’armes de l’EI ont été entendues dans la ville de Mayadeen, dans l’est du pays, dans la province de Deir al-Zour, selon l’Observatoire. Vingt autres combattants seraient blessés et le bilan pourrait s’alourdir compte tenu du grand nombre de combattants gravement blessés. L’Observatoire a indiqué que la cause de l’explosion était indéterminée, qu’il s’agisse d’un bombardement ou d’une défaillance technique.

À Jisr al-Choghour, ville de la province d’Idlib, de nombreux « terroristes » ont été tués dans les environs de l’Hôpital national et de l’entrée sud de la ville, dans le cadre de l’offensive menée par les forces gouvernementales pour tenter de reprendre cette localité stratégique, a indiqué le reportage de la télévision officielle syrienne. Samedi, des combattants du Front Al-Nosra et des insurgés leur étant affiliés ont envahi Jisr al-Choghour, ville proche de la frontière turque, finissant par encercler un groupe de l’armée syrienne qui s’est retrouvé piégé dans le quartier de l’Hôpital national.

La conquête de cette ville est survenue moins d’un mois après la prise de contrôle de la capitale provinciale, Idlib, par les mêmes groupes armés.

Mardi, des militants de l’opposition ont indiqué qu’un autre groupe de l’armée syrienne avait réussi à s’infiltrer dans la ville jusqu’à la zone de l’hôpital en vue d’aider les soldats pris au piège, et que les combattants du Front Al-Nosra essayaient de capturer les soldats vivants. Les médias syriens ont rapporté que les activistes affluaient dans la ville en provenance de Turquie, tandis qu’il était parallèlement fait état du lancement d’une contre-offensive par l’armée syrienne pour tenter de reprendre le contrôle de cette zone stratégique.