Synode sur la famille: des prélats expriment leur inquiétude 

Pope Francis leads the synod of bishops in Paul VI's hall at the Vatican October 6, 2014. Pope Francis opened a global Roman Catholic assembly on Sunday showing his apparent irritation with Church leaders who have waged a sometimes bitter public battle between progressives and conservatives on family issues. REUTERS/Claudio Peri/Pool (VATICAN - Tags: RELIGION) - RTR492D9

La deuxième session du synode sur la famille doit s’ouvrir le 4 octobre prochain à Rome pour se terminer le 25 octobre. Il y aura au programme, trois semaines d’assemblée synodale qui se dérouleront en reprenant les trois parties de l’Instrumentum laboris, le document de travail du synode dévoilé mardi 23 juin dernier. Certaines orientations inquiètent des prélats qui craignent une évolution de la doctrine traditionnelle de l’Église.

Au début de l’année, le cardinal Burke avait lancé une pétition internationale intitulée « Filiale supplique à Sa Sainteté le pape François sur l’avenir de la Famille » avec l’organisation internationale « Tradition-Famille-Propriété ». Cette supplique exprime une certaine inquiétude: « Une désorientation généralisée causée par l’éventualité qu’au sein de l’Église se soit ouverte une brèche permettant l’acceptation de l’adultère – moyennant l’admission à l’Eucharistie de couples divorcés civilement remariés – et jusqu’à une virtuelle acceptation des unions homosexuelles (…) contraires à la loi divine et naturelle. » Les signataires en appellent à la « parole éclairante » du pape, en se disant « sûrs qu’elle ne pourra jamais dissocier la pratique pastorale de l’enseignement légué par Jésus-Christ et (ses) prédécesseurs ». Selon La Croix, parmi les signataires, il y a Rick Santorum, le cardinal Burke, le cardinal chilien Jorge Medina Estévez., Mgr Aldo di Cillo Pagotto, archevêque de Paraíba (Brésil), Mgr Robert F. Vasa, évêque de Santa Rosa en Californie, et Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire d’Astana (Kazakhstan). Le cardinal Burke a réitéré ses craintes dernièrement lors d’une conférence à Paris le 28 septembre. Il a déclaré que, lors du synode, « les évêques y sont convoqués pour promouvoir et sauvegarder la splendeur de la vérité sur le mariage », ajoutant « il n’y a aucun doute que le mariage est soumis à une attaque féroce, y compris au sein de l’Église. »

Les évêques africains ont également publié un document où figurent leurs priorités pour la deuxième assemblée du Synode sur la famille. Le document a été rédigé par par le symposium des Conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (Sceam). Cette instance, qui regroupe les évêques catholiques des 54 pays du continent, fait actuellement parvenir ce texte, traduit en quatre langues, aux 51 évêques africains qui s’apprêtent à participer au Synode sur la famille, à partir du 4 octobre. Les évêques africains veulent faire entendre leur voix:  « Il faut non seulement que l’Occident admette que nous pouvons penser différemment de lui, mais qu’il apprenne aussi à écouter ce que nous avons à lui dire, sans balayer nos propositions d’un revers de main », a déclaré le père  Nathanaël Soédé qui préside l’Association des théologiens africains. Le cardinal guinéen Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin, est assez sévère. Pour lui, l’approche de l’indissolubilité par le document préparatoire du synode « laisse perplexe ». Quant à la « défense du concubinage comme voie à suivre », elle est jugée « scandaleuse » et menaçant de « détruire le ministère pastoral (de l’Église) envers les familles ».

Le supérieur de la FSSPX, monseigneur Fellay, a de son côté adressé une supplique au Pape François, exprimant son inquiétude: « Nous ne pouvons vous cacher que la première partie du Synode consacré aux « Défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation » nous a très vivement alarmés. »  Il rappelle les principes du mariage chrétien traditionnel: « Dieu auteur de la nature a établi l’union stable de l’homme et de la femme en vue de perpétuer l’espèce humaine. La Révélation de l’Ancien Testament nous apprend, de la façon la plus évidente, que le mariage, unique et indissoluble, entre un homme et une femme, a été établi directement par Dieu. » Il implore le Saint Père de défendre avec clarté la doctrine de l’Église sur la famille: « nous vous supplions donc de faire retentir dans le monde une parole de vérité, de clarté et de fermeté, en défense du mariage chrétien et même simplement humain, en soutien de son fondement, à savoir la différence et la complémentarité des sexes, en appui de son unicité et de son indissolubilité. »

La liste des participants au synode est disponible sur le site du service de presse du Vatican.