Sur Euronews, le président soudanais accuse la CIA et le Mossad de soutenir les organisations terroristes

 Omar_al-Bashir,_12th_AU_Summit,_090202-N-0506A-137Le président soudanais, Omar Hassan al-Bashir, a accusé sur Euronews les services de renseignements américains et israéliens d’être derrière les organisations terroristes et a critiqué la façon dont est posé le problème de l’Etat islamique.

« Le groupe Etat islamique a émergé soudainement, avec des moyens que seuls peuvent se permettre les États. Et nous devons nous demander d’où de telles ressources sont venues ? Qui est derrière ces organisations ?», a déclaré le président soudanais dans une interview exclusive à Euronews.

Le président soudanais a souligné que les actions du groupe terroriste « sont brutales et sont une offense pour l’islam, elles déforment l’image de l’islam.« 

« Les assassinats de journalistes ou des prisonniers, comme brûler vif un pilote jordanien, n’ont rien à voir avec les valeurs de l’islam« , a déclaré Al Bashir. « Aucun musulman ne serait prêt à commettre de tels actes, attaques, meurtres, puisque l’Islam l’interdit, » a-t-il dit. «Je dis que la CIA et le Mossad sont derrière ces organisations parce qu’il n’y a aucune autre entité ou pays qui a un intérêt avec ce genre de groupes« , a déclaré le président du Soudan.

De l’avis du président soudanais, « l’ingérence américaine dans la région et le soutien à Israël expliquent pourquoi de nombreux jeunes rejoignent ces organisations qui ont certainement le soutien des organisations internationales qui veulent nuire l’image de l’Islam « .  « Le soutien américain inconditionnel à Israël et aux politiques israéliennes contre les Palestiniens sont les principales raisons qui encouragent les jeunes à se joindre à ces organisations», a-t-il déclaré, en expliquant que « l’agression israélienne contre les lieux saints, la judaïsation de Jérusalem, l’expulsion des Palestiniens de leurs maisons et finalement l’agression de Gaza ont rendus furieux les jeunes musulmans».

Il a également critiqué la manière dont ce problème est géré par la communauté internationale et a expliqué sa proposition: « Notre politique de lutte contre ce type d’extrémisme est d’éradiquer la base de sa philosophie, précisément avec les mêmes armes : les idées. Et les idées nous avons montré que cela fonctionne« , a expliqué Al Bashir. « Une fois identifiés ces jeunes sont arrêtés et conduits devant des érudits en sciences islamiques pour qu’ils dialoguent avec eux. Et c’est à travers ces thérapies que l’on arrive à ce qu’ils abandonnent leurs idées radicales», a-t-il finalement déclaré.

Petit Futé Soudan
A la rencontre du Soudan, des pharaons noirs aux royaumes chrétiens.