Quel rapport entre saint Jean-Baptiste et les couteaux Opinel ? 

La Saint-Jean d’Été est une bonne occasion d’évoquer le lien inattendu entre la célèbre maison de coutellerie savoyarde Opinel et le dernier des prophètes, saint Jean-Baptiste, Précurseur du Christ. Une belle histoire qui illustre à merveille l’imprégnation du christianisme dans les détails de la vie quotidienne au cœur de nos pays européens.

La Main Couronnée

Les détails, disons-nous, car s’en est un, et il faut avoir une certaine dose de curiosité pour le repérer et s’intéresser à lui : tout amateur de bon couteau connaît la fameuse maison de coutellerie fondée par le savoyard Joseph Opinel en 1890. Ses couteaux de poche fermant légers et de bonne facture, mondialement célèbres, ont depuis longtemps conquis les connaisseurs. Mais parmi eux combien ont cherché la signification de la célèbre « Main Couronnée », l’emblème de la Maison Opinel qui orne la lame de chaque couteau ?

main symbole Opinel

Cet emblème fut choisi par Joseph Opinel en personne en 1909. Or l’usine de Joseph Opinel était implantée depuis 1901 près du pont de Gevoudaz en Maurienne, non loin de Saint-Jean-de-Maurienne, la ville natale du coutelier.

Une relique prestigieuse

Remontons dans le temps : saint Grégoire de Tours rapporte au VIème siècle qu’une noble jeune fille originaire de Valloires en Maurienne, prénommée Thècle ou Tigre, entreprit vers le milieu du VIème siècle avec sa sœur Pigménie un pèlerinage à Alexandrie où se trouvaient les restes de saint Jean-Baptiste depuis l’époque de l’empereur Julien. Poussée par son culte ardent pour le saint, elle obtint de pouvoir emporter une relique insigne : le pouce, l’index et le majeur de sa main droite, celle qui baptisa le Christ dans le Jourdain.

De retour dans son pays natal, Thècle confia son précieux dépôt à la principale église de Maurienne, la future cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Saint-Jean-de-Maurienne, dont les armoiries représentent depuis la relique. C’est d’ailleurs à la présence de la relique que cette ville dut son prodigieux développement par la suite.

main symbole Opinel 2

C’est donc tout naturellement que Joseph Opinel au début du XXème siècle grava cette main prestigieuse sur la lame de ses couteaux, la surmontant de la couronne ducale de Savoie. Une façon pour lui discrète et élégante de rendre hommage à ses racines savoyardes, des racines gorgées de sève chrétienne.

Quant à Thècle, elle devint ermite et consacra le reste de ses jours à la prière et la pénitence. Un culte approuvé par l’Église lui fut rendu après sa mort, et la fête de sainte Thècle est fixée au 25 juin, le lendemain de celle de saint Jean-Baptiste…