Quand la Minusma contredit Jean-Yves Le Drian 

Jean-Yves Le Drian a fait état à la presse de l’obligation pour la France de suppléer la Minusma au nord du Mali suite à un retard dans son déploiement. Ces informations, reprises par la presse, n’ont pas plu à la Minusma qui a tenu à faire un communiqué de presse pour apporter des précisions. Selon elle:« à ce jour, sur un total de 8250 Casques bleus (soldats) présents à ce jour au Mali, 6600 Casques bleus de la MINUSMA sont déployés au Nord de la boucle du Niger dans les localités suivantes : Diabaly, Gao, Goundam, Tombouctou, Aguelhok, Ansongo, Menaka, Kidal et Tessalit. Ceci correspond à 80% des effectifs des Casques bleus.Au total, près de 90% des soldats de la MINUSMA sont déployés dans le Nord du pays. De plus, dans les semaines à venir, avec l’arrivée de nouveaux contingents, ce ratio sera revu à la hausse. Enfin, en ce qui concerne les effectifs de la Police (UNPOL), sur les 1000 UNPOL présents au Mali, 50% sont déployés à Kidal, Gao et Tombouctou, le reste étant répartis sur Mopti et Bamako. »

Tout ressemble à un début de polémique entre la France et la Minusma. Dans des propos rapportés par RFI, certains cadres au sein de la Minusma avouent ne pas comprendre la sortie du ministre de la Défense, qui chercherait à justifier auprès de l’opinion française l’implication militaire au Mali. Le site L’Opinion donne des chiffres sur le déploiement actuel de la Minusma au nord du pays: « Voici l’état exact du déploiement actuel de la Minusma au delà vers le nord de la vallée du Niger : Kidal 1034, Tessalit 558, Aguelhok 288. Soit un total de 1880 casques bleus, ce qui correspond à 22,7% de l’effectif total. Il s’agit de contingents provenant du Sénégal, Guinée, Tchad, Cambodge, Népal et Bengladesh. A Bamako, les effectifs de la Minusma sont de 883 – soit 10,7%.   Gao – dans la boucle du Niger, donc : 2207 (dont 504 Hollandais et 395 Chinois) – soit 26,7%.  Et à Tombouctou, autre implantation importante : 883 – soit 10,7%. On compte d’autres unités à Goundam, Douentza, Gossi, Diabaly, Sevare, Ansongo et Menaka, ainsi que de Kati. » Les difficultés de déploiement seraient dûs à des problèmes logistiques et de logement.

Pour l’heure, le ministère de la Défense n’a pas réagi au communiqué de presse de la Minusma. Quant à Jean-Yves Le Drian, il se trouve à Ypres pour commémorer le centenaire de la 1ère guerre mondiale. Ce genre de polémique ne risque pas de faciliter l’action sur le terrain et la coopération entre l’opération Barkhane et la Minusma.