Pour le Pape François, la vie chrétienne est indissociable du martyre 

Encore aujourd’hui on tue des chrétiens au nom de Dieu, mais l’Esprit Saint donne la force de témoigner jusqu’au martyre : c’est sur quoi le Pape a insisté lors de la messe de ce lundi matin à la maison Sainte-Marthe selon des propos rapportés par Radio Vatican.

Dans l’Évangile du jour, Jésus annonce aux disciples l’Esprit Saint : « Moi j’ai tant de choses à vous dire, mais en ce moment vous n’êtes pas capables d’en porter le poids : mais quand viendra le Paraclet, l’Esprit de vérité, il vous guidera vers toute la vérité ». Le Seigneur « parle du futur, de la Croix qui nous attend, et nous parle de l’Esprit, qui nous prépare à donner le témoignage chrétien. » Donc il parle « du scandale des persécutions, le scandale de la Croix. » « La vie de l’Église, observe le Pape, est un chemin guidé par l’Esprit » qui nous rappelle les paroles de Jésus et « nous enseigne les choses que Jésus encore n’a pas pu nous dire. » « Il est le compagnon de chemin et nous défend aussi du « scandale de la Croix ». La Croix est en effet scandale pour les juifs qui « demandent des signes » et « sottise pour les Grecs, c’est-à-dire les païens qui demandent la sagesse, des idées neuves. Les chrétiens en effet annoncent le Christ crucifié. Ainsi, Jésus prépare les disciples pour qu’ils ne se scandalisent pas de la Croix du Christ : « ils vous expulseront des synagogues, dit Jésus, ainsi vient l’heure dans laquelle quiconque vous tuera croira rendre culte à Dieu. »

« Aujourd’hui nous sommes les témoins de ceux qui tuent les chrétiens au nom de Dieu, parce qu’ils sont mécréants, selon eux, a rappelé le Pape. Ceci est la Croix du Christ  « Ce que j’ai subi, dit Jésus, vous le subirez aussi : les persécutions, les tribulations, mais s’il vous plait ne vous scandalisez pas, ce sera l’Esprit qui vous guidera et vous fera comprendre. » »

Dans ce contexte, le Pape François a rappelé son échange téléphonique de dimanche avec le Patriarche copte Tawadros, « parce que c’était le jour de l’amitié copte-catholique. Je me souviens de ses fidèles, qui ont été égorgé sur la plage parce qu’ils étaient chrétiens. Ces fidèles, par la force que nous a donné l’Esprit Saint, ne se sont pas scandalisés. Ils sont morts avec le nom de Jésus sur les lèvres. C’est la force de l’Esprit. Le témoignage. C’est vrai, ceci est vraiment le martyre, le témoignage suprême. », a insisté le Pape François.

« Mais c’est aussi le témoignage de chaque jour, a-t-il poursuivi, le témoignage de rendre présent la fécondité de la Pâque, qui nous a donné l’Esprit Saint, qui nous guide vers la vérité pleine, la vérité entière, et nous fait reconnaître ce que Jésus nous dit. »

Le Pape a alors employé un néologisme pour mieux faire comprendre que la vie chrétienne, même dans les petits actes du quotidien, est indissociable du martyre. « Un chrétien qui ne prend pas au sérieux cette dimension « martyrielle » de la vie n’a pas encore compris la voie que Jésus nous a enseignés : une voie « martyrielle » de chaque jour, une voie « martyrielle » pour défendre les droits des personnes, une voie « martyrielle » pour défendre les enfants : papa, maman qui défendent leur famille, une voie « martyrielle » de tant de malades qui souffrent par amour de Jésus. Nous tous avons la possiblité de porter en avant cette fécondité pascale sur cette voie « martyrielle », sans nous scandaliser. »

Le Pape a conclu avec cette prière : « Demandons au Seigneur la grâce de recevoir l’Esprit Saint qui nous fera nous souvenir des actes de Jésus, qui nous guidera vers la vérité toute entière et nous préparera chaque jour à rendre ce témoignage, à donner ce petit martyre de chaque jour ou un grand martyre, selon la volonté du Seigneur. »