Plus de 1400 cas de blasphème en un an au Pakistan 

En 2014, 1.400 cas de blasphème ont été enregistrés au Pakistan. Il s’agit d’un pic, par rapport à la tendance de ces dernières années, qui révèle une situation très préoccupante. C’est ce qu’a indiqué Maître Syed Mumtaz Shah, Avocat intervenant lors d’un séminaire dédié au thème « Droits fondamentaux, liberté religieuse, inclusion sociale et participation politiques des minorités » organisé à Karachi ces derniers jours par le Pakistan Institute of Labour Education and Research (PILER). Ainsi que l’a appris l’agence Fides, à ce séminaire, ont participé des responsables et représentants de la société civile de différentes religions. Selon les données diffusées, environ 800 cas de blasphème ont été enregistrés à l’encontre de musulmans « et ceci devrait faire réfléchir les musulmans eux-mêmes, lesquels devraient se mobiliser contre l’abus de cette loi » ont remarqué les participants.
Selon Maître Nisar Shar, porte-parole de l’Association des Avocats de Karachi, « il est devenu dangereux même pour les avocats de faire leur travail et de défendre un inculpé accusé de blasphème », rappelant le cas de Maître Rashid Rehman, assassiné parce qu’il assurait la défense d’un inculpé dans un cas de ce genre.
Selon la Commission pour les droits fondamentaux du Pakistan (HRCP), ONG présente de manière capillaire sur le territoire pakistanais, en 2014, les tribunaux du pays ont condamné trois personnes à la peine capitale, six à la réclusion à perpétuité et trois autres à deux ans de réclusion pour blasphème.