Pakistan: des centaines de chrétiens arrêtés après les attentats de Lahore 

Suite aux attentats devant deux églises à Lahore au Pakistan qui avait coûté la vie à 14 personnes et fait 78 blessés, la tension semble toujours très forte dans la communauté chrétienne. Peu après les explosions, alors que les habitants de Youhanabad s’étaient rassemblés dans le quartier pour protester contre les incessantes attaques antichrétiennes et l’inaction des pouvoirs publics, deux jeunes musulmans, que la foule avait soupçonnés – vraisemblablement à tort – d’être des complices des kamikazes, avaient été lynchés et brûlés vifs. Cet acte avait été condamné par le le Père Francis Gulzar, vicaire général de l’archidiocèse de Lahore: »Cette réaction de violence n’est ni chrétienne ni évangélique et si cela est avéré, cela serait la première fois dans l’histoire du Pakistan que les chrétiens ne seraient pas seulement des victimes mais se seraient transformées en bourreaux. »

Selon l’EDA (agence d’information des missions étrangères de Paris), la tension atteint son paroxysme alors que déjà de nombreux habitants ont évacué la ville.  Répercutant des informations de l’agence Asia News, elle nous apprend que 200 chrétiens auraient ainsi été arrêtés ce mardi 24 mars, au cours d’une rafle effectuée « sans aucune vérification d’identité ». C’est sur la base d’une plainte portée contre 600 chrétiens qui formaient la foule lors du lynchage, que la police aurait effectué ces interpellations.

« La police a fait une descente dans le quartier et a arrêté au hasard des personnes, sans même vérifier leur identité ou du moins que leur nom figurait sur la liste de la plainte », s’est indigné le P. Srif John, du diocèse de Lahore, toujours auprès de l’agence AsiaNews. « Nous ne nous opposons pas au fait d’appréhender ceux qui auraient fait quelque chose de mal, mais la décision d’arrêter toutes ces personnes innocentes est proprement inacceptable ! ». Les forces de l’ordre auraient pour le moment refusé de donner aucun renseignement aux familles des personnes arrêtées, lesquelles n’ont pu communiquer avec leurs proches. Les arrestations ne devraient pas s’arrêter là !

Le Père Francis Gulzar, vicaire général de l’archidiocèse de Lahore et curé de la paroisse St John, dénonce ces méthodes alors que les auteurs de ces attentats, qui ont provoqué cette tension, ne sont toujours pas arrêtés et que la police ne semble pas mettre la même ardeur à les rechercher. Il a par ailleurs demandé à ce qu’on libère les chrétiens innocents du lynchage, qui ont été arrêtés injustement et sans discernement.