« Où est l’Europe ? Où est l’Occident ? » : manifestation de soutien aux Chrétiens d’Orient à la Mairie du XVIe arrondissement de Paris  

10478926_10207150150540724_1651842025393302342_n

Ce mercredi 20 mai 2015, à l’initiative du député-maire Claude Goasguen, se tenait une manifestation en soutien aux Chrétiens d’Orient devant la mairie du XVIe arrondissement de Paris. Plusieurs centaines de personnes ont répondu présent à cet appel, parmi lesquels on a pu compter de nombreux représentants politiques et religieux – tant chrétiens, musulmans que juifs.

11226904_10207150188501673_3562834562250387382_n

Banderole déroulée sur le fronton de la mairie du XVIe arrondissement à l’issue de la manifestation

En regard des progressions massives de l’Etat islamique et d’Al-Qaïda, le député-maire a rappelé l’urgence d’un réveil de la scène politique française ; dénoncer cet état de fait dramatique par une manifestation vise à briser le silence médiatique, synonyme d’acceptation d’une situation tragique, et doit interpeller la presse comme le gouvernement. « Nos questions au gouvernement sont restées sans réponses car nous sommes embringués dans les arcades de la diplomatie », a déclaré Claude Goasguen. Et de fait, il est désormais plus que nécessaire de s’interroger sur le rôle permissif de la Turquie à l’égard des groupes terroristes, notamment en ce qui concerne l’ouverture de ses frontières. Son implication dans l’OTAN ne doit pas empêcher de se poser des questions essentielles : « à qui profite le crime ? Qui achète le pétrole subtilisé par l’Etat Islamique depuis la prise de Mossoul ? ». Ce dernier en appelle à la mise en place de conseils généraux, tant à l’échelle locale que nationale, afin de soulever ces questions dans le domaine politique.

Patrick Karam

Patrick Karam

A la tribune, Patrick Karam et Anouar Kbibech (Président du Conseil Français du Culte Musulman), ont insisté sur le fait que le « conflit » actuel entre Orient et Occident ne résultait pas d’une lutte civilisationnelle ; selon eux, il ne s’agit pas d’une guerre entre Chrétiens et Musulmans mais plutôt d’une persécution menée par des « groupuscules malfaisants », qu’il convient de ne pas « amalgamer » à la communauté musulmane. Scepticisme latent parmi la foule, dont s’élèvent quelques protestations : « arrêtez de nous mentir ! », s’exclame une vieille femme à l’égard d’Anoure Kbibech. 

Le Président de la CREDO s’est également insurgé contre le silence des Etats Arabes face au martyre chrétien. Rappelant la promesse de Laurent Fabius, le député a souligné l’urgence de la mise en place d’un fonds d’aide destiné à reconstruire les églises et maisons des Chrétiens persécutés : selon lui, « il n’est pas normal de demander aux Chrétiens de rester chez eux alors que leurs maisons sont rasées »

Soeur Raghida Al-Khoury

Soeur Raghida Al-Khoury

Après la constitution d’un groupe d’étude à l’Assemblée Nationale et à la Commission Européenne, ainsi que d’un groupe de liaison au Sénat, la question des Chrétiens d’Orient devient objet de préoccupations. Toutefois, les actions humanitaires semblent encore prépondérantes en comparaison d’une activité politique prégnante, proposant des solutions effectives. Le rassemblement inter-religieux et transcendant les clivages politiques proposé par Claude Goasguen enjoindra-t-il les parlementaires à prendre de véritables positions ? Au lendemain de la prise de Palmyre par l’Etat islamique, l’urgence de la situation se fait effectivement de plus en plus tangible ; reflets de la douleur du peuple syrien, les paroles lancées à la tribune par Soeur Raghida Al-Khoury font plus que jamais peser sur nos consciences un sentiment coupable : « Où est l’Europe ? Où est l’Occident ? Je crie au nom de mon peuple ! ».