Organisation du mondial 2022 au Qatar: les championnats européens en colère contre la FIFA

Jérôme Valcke et le président du comité d'organisation du mondial 2022: Hassan al-Thawadi (photo AFP)
Jérôme Valcke et le président du comité d’organisation du mondial 2022: Hassan al-Thawadi (photo AFP)

Le casse-tête continue pour les instances du football de la FIFA à la LFP pour savoir quand se jouera le mondial 2022 au Qatar à cause des fortes chaleurs qui pourraient mettre en danger la santé des joueurs. Le groupe de travail de la FIFA a déposé mardi ses propositions de date. On jouerait en novembre-décembre et plus exactement du 26 novembre pour une finale le 23 décembre. La mise à disposition des joueurs serait prévue le 19 novembre, une semaine seulement avant le début du tournoi, qui serait raccourci par rapport au format habituel pour durer quatre semaines au total. La décision finale doit être prise les 19 et 20 mars à Zurich, au siège de la FIFA. Si ces dates venaient à se confirmer, elles risquent de chambouler les championnats européens.  La Premier League anglaise devrait renoncer au fameux Boxing Day qui a lieu lors des fêtes de fin d’année et qui est une tradition du football anglais. Autre problème, en janvier 2023, doit avoir lieu la CAN (coupe d’Afrique des Nations, compétition qui a lieu tous les deux ans). Jérôme Valcke, le secrétaire général de la FIFA, a déjà donné la solution:« La Confédération Africaine a gentiment et immédiatement accepté de ne pas organiser la CAN en janvier. Elle se disputera au mois de juin. Nous voulons éviter qu’ils (les clubs) soient contraints de libérer leurs joueurs africains pour la Coupe du monde, et deux semaines plus tard pour la Coupe d’Afrique des Nations. »

Les championnats européens ont déjà fait savoir leur désapprobation et leur colère. Dans un communiqué officiel, la Liga (championnat espagnol) a dit son opposition: »L’Association européenne des ligues professionnelles de football (EPFL), dirigée par la Liga et la Premier League, exprime son opposition à cette nouvelle proposition qui perturbera et nuira gravement au développement normal des compétitions européennes. » Le président de la Bundesliga (championnat allemand), Reinhard Rauball, a réclamé des compensations financières: »La Fifa est obligée de verser des compensations pour les préjudices faits aux Ligues. Il faut essayer de mettre en place une base solide en Europe avec d’autres pays touchés. » Pour Frédéric Thiriez, président de la LFP, c’est la pire solution et c’est une catastrophe comme il l’a déclaré dans une interview au journal L’Equipe: » On va s’arrêter début novembre, après 13 ou 14 journées de Championnat. Et on reprendra deux mois plus tard, en janvier. Pendant ce temps-là, les joueurs ne jouent pas, les clubs n’ont plus de recettes, les fans de foot sont privés de compétitions nationales et les télévisions vont être furieuses et vont demander des ristournes. » ajoutant qu’il ne pourra même pas faire entendre ses arguments devant le comité exécutif:« Ces messieurs vont discuter entre eux et je me fais assez peu d’illusions. On sait d’ailleurs très bien que la décision de choisir novembre-décembre était prise depuis longtemps. Il y a tout de même un léger problème de gouvernance sur la planète football. Le football professionnel n’est pas représenté dans les instances, alors qu’on le réclame depuis des années. » Assez cocasse toutefois cette dernière partie quand on sait la capacité de dialogue de la LFP sur certains dossiers…

De fait Jérôme Valcke, secrétaire général de la FIFA, n’entend pas accéder aux demandes des championnats européens:« Il n’y a aura pas de compensation financière, il y a sept ans pour s’organiser » ajoutant que même si ces dates n’étaient pas la solution idéale: »nous ne faisons rien qui puisse détruire le football, pourquoi alors devrions nous nous excuser auprès des clubs? » Il est vrai que les championnats européens ont le temps de s’organiser et qu’il faudra travailler sur un nouveau calendrier. Ce n’est pas en soi impossible. Il faut juste une bonne organisation et de l’anticipation même s’ils vont payer des erreurs de la FIFA, qui ne s’en sort pas du dossier qatari entre les accusations de corruption et la condition des ouvriers construisant les stades.

De plus à la FIFA, on va bientôt entrer en mode électoral puisque l’élection du nouveau président de la FIFA doit avoir lieu le 29 mai prochain à Zurich. On se dirige vers une nouvelle réélection de Sepp Blatter pour un 5ème mandat. Il avait d’abord renoncé avant que les critiques du président de l’UEFA Michel Platini ne le pousse à se représenter à l’âge de 78 ans. Parmi ses concurrents, il y a l’ancien international portugais Luis Figo. Dans son programme, ce dernier voudrait élargir le nombre des équipes, participant au mondial, de 32 à 40 ou 48 pour donner davantage de place aux nations non-européennes. Cela signifierait que la compétition durerait plus longtemps…mais ce cas de figure est plus qu’hypothétique !