« Notre silence tue » : appel à l’éveil pour la situation des Chrétiens d’Orient 

B_Mjs21WsAMyVEx

Mardi 3 mars 2015, une assemblée de soixante à soixante-dix personnes s’est réunie devant l’Assemblée Nationale pour dénoncer le silence du Gouvernement sur les persécutions subies par les Chrétiens en Orient.  

B_MbovyW8AAgdga

Présentant des pancartes arborant le « noun » (1), les manifestants ont été rejoints par certains députés, notamment Véronique Besse, présidente du groupe des Chrétiens d’Orient à l’Assemblée Nationale et Yannick Moreau – membre de ce groupe d’étude. Des drapeaux yézidis ont également été hissés, en signe de soutien à cette communauté particulièrement atteinte par les attaques de l’Etat Islamique.

B_MSFHEXEAAwrrz

Si les institutions internationales semblent s’être légèrement éveillées ces derniers temps – confirmation d’instruction de la plainte de la Coordination Chrétiens d’Orient en Danger (CHREDO) contre l’Etat Islamique par la Cour Pénale Internationale, les propositions du Gouvernement sur la question des Chrétiens d’Orient tardent à se faire connaître. La proposition de suspension du groupe France-Syrie de l’Assemblée Nationale semble annoncer quant à elle une fermeture prochaine du dialogue franco-syrien, dont les communautés chrétiennes nationales auront à payer le prix de façon imminente.  

La présence de ce petit groupe devant l’une des voix du Parlement souligne néanmoins que, malgré le peu d’empressement des médias officiels et les « oublis » fréquents du gouvernement pour dénommer clairement les Chrétiens comme cible des persécutions de l’Etat Islamique, un petit nombre de français est conscient du martyr subi par cette communauté religieuse dans le berceau même du Christianisme.

Crédits photographiques : @bloodyWinston

(1) Le noun, n en arabe, signifie nazaréen ; il s’agit du signe ostentatoire dont ont usé les membres de l’Etat Islamique pour reconnaître les Chrétiens à Mossoul lors des premières vagues de persécution.