Nancy: le préfet interdit une conférence de l’UNI à la Faculté de Droit 

Olivier Vial, président de l’UNI (Union nationale inter-universitaire, mouvement universitaire de droite) devait tenir le 26 mars prochain une conférence à la Faculté de Droit de Nancy. Le thème de la conférence était: Autorité et respect de l’enseignant, programmes scolaires, ou encore théorie du genre : l’école est-elle manipulée par le pouvoir socialiste ? Mais hier soir, Olivier Vial a annoncé sur son compte Facebook que la conférence était annulée par le préfet au motif suivant:« l’UNI se revendique de proposer une alternative pour la jeunesse face à la gauche ».

Dans un communiqué, l’UNI a donné de plus amples informations sur cette interdiction surprenante. Le préfet aurait motivé son choix en s’appuyant sur la notion de période de réserve électorale et de respect de la neutralité du service public, le mouvement luttant contre la politique éducative socialiste. La conférence interviendrait entre les deux tours des élections départementales. Il est vrai que le mouvement n’a jamais caché sa proximité avec l’UMP même s’il garde son indépendance.

Cependant l’UNI conteste cette décision tant sur le fond que sur la forme, rappelant que: « le premier ministre Manuel Valls mobilisait tous les services de l’Etat pour médiatiser à 4 jours du scrutin la signature du protocole du contrat de plan Etat-Région à Lille. » Il faut souligner aussi que la très forte implication du 1er ministre dans la campagne électorale a déjà suscité de vives critiques de l’opposition. L’UNI ajoute que la réserve électorale ne s’est jamais appliquée à des associatifs, des syndicalistes ou des militants politiques. L’argument du bâtiment ne tient pas non plus:« La réserve électorale ne s’applique pas non plus aux bâtiments. Au contraire, la tradition républicaine veut que les bâtiments publics soient mis à disposition des réunions publiques et politiques, c’est même le cas de nombreuses écoles. »

De même, l’UNI dénonce un deux poids deux mesures:« En effet, les associations de gauche continuent à tenir leurs réunions sans aucune difficulté sur les campus français. Le principe de la période de réserve électorale vient d’être instrumentalisé aux seules fins de bâillonner ceux qui ne partagent pas les projets de la gauche et du gouvernement. » L’UNI a annoncé qu’il allait déposer un référé liberté devant le tribunal administratif de Nancy.