L’université catholique d’Erbil s’érige contre l’exode des chrétiens d’Irak 

« Notre communauté bien-aimée a aujourd’hui de nombreuses raisons de quitter l’Irak. Voici pourquoi cette université représente une bonne raison de rester. Nous avons tous une responsabilité énorme pour leur donner des raisons de rester. Je suis convaincu que cette université est un motif d’espoir», a dit Mgr. Bashar Warda, archevêque d’Erbil, capitale du Kurdistan irakien où des milliers de personnes fuyant la violence de l’État islamique (AE) à Mossoul et dans la plaine de Ninive ont trouvé refuge, et qui participait, en la fête de l’Immaculée Conception, à l’ouverture officielle de la première université catholique de la ville.

Le secrétaire général de la Confédération Épiscopale Italienne (CEI), Mgr. Nunzio Galantino, en visite officielle de trois jours, était également présent car la CEI a financé une partie de l’université (2. 300.000 euros pour le projet). Le ministre de l’Éducation du Kurdistan, Goran Yousif et son homologue du ministère de l’Intérieur, Karim Sinjri, étaient aussi de la partie. La pose de la première pierre de l’Atheneum catholique dans la capitale du Kurdistan irakien remonte à l’automne 2012, sur un terrain d’environ 3 kilomètres carrés, fourni par l’Église chaldéenne lui-même. Parmi les premières cours disponibles, il y a des cours d’économie, d’informatique, de langues et de littérature orientales. Dans un avenir proche, il est prévu une faculté de droit et de relations internationales. Pour Mgr. Galatino, cela veut être «le fondement d’une nouvelle histoire et d’un avenir prometteur » pour la communauté locale, qui a été marquée par tant de privations en raison de la violence et de la souffrance vécue ces dernières années et qui célébrera pour la deuxième année Noël loin de leur patrie et loin de leur maison. Commentant l’ouverture du nouveau centre éducatif catholique, situé non loin des camps de réfugiés d’Ankawa, Mgr. Warda a confirmé qu’il était « ouvert à tous» et que «chaque année, il recevra au moins 250 étudiants ». «Je veux que tous les élèves, chrétiens, musulmans, Yézidis puissent percevoir la foi catholique et ses valeurs fondatrices. » L’Atheneum d’Erbil, confirme Mgr Warda, accueillera également des jeunes de Mossoul et de la plaine de Ninive.

Le début des premières activités de l’Université catholique est prévue pour le 11 décembre avec l’ouverture de 96 cours d’études bibliques et théologiques, dans lesquels pourront participer les réfugiés âgés de 18 ans à 40 ans. La participation d’environ 300 personnes par classe est prévue.