L’inutile emballement médiatique autour du mondial 2022 au Qatar après la phrase de Theo Zwanziger

qatar

C’est une phrase lâchée dans une interview qui a provoqué un emballement médiatique et des réactions sur les réseaux sociaux. L’ancien président de la Fédération allemande, Theo Zwanziger, membre du comité exécutif de la FIFA, répondait à Bild,  quotidien allemand qu’on apparente à de la presse à scandale ou people. Il a eu cette phrase:« Je crois qu’au final la Coupe du monde 2022 n’aura pas lieu au Qatar. » L’Equipe en a déduit que c’était une affirmation de sa part et la majorité de la presse a suivi dans ce sens, certains n’hésitant pas à titrer:« le mondial 2022 n’aura pas lieu au Qatar ». C’est aller bien vite en conclusion pour une phrase qui n’était pas affirmative et qui n’engageait que celui qui la prononçait comme n’a pas manqué de le souligner la FIFA.

L’une des raisons invoquée par Zwanziger est d’ordre médical, c’est-à-dire la chaleur. Or tout le monde sait que le sujet est déjà revenu largement sur la table et qu’il a été évoqué de jouer en hiver et que cette hypothèse est sérieusement envisagée malgré la réticence des championnats européens. Les journalistes sportifs devraient le savoir mieux que quiconque. On sait que la plus forte probabilité de non tenue du mondial 2022 au Qatar viendrait de la preuve de corruption après l’enquête demandée par la FIFA (ndlr: enquête qui vise aussi le mondial de 2018 en Russie). Un rapport de 360 pages a été rendu récemment. L’allemand Hans-Joachim Eckert, le président de la chambre juridictionnelle de la commission d’éthique de la FIFA, ne donnera pas sa décision avant le printemps prochain soit trois ans avant le mondial en Russie et sept ans avant celui au Qatar. Les délais seraient courts pour organiser un mondial dans un autre pays mais pas impossible. Parmi les pays en embuscade pour récupérer notamment le mondial 2022, il y a l’Australie qui s’est déclarée prête à l’organiser en juin dernier.

Les détracteurs du mondial au Qatar se sont sans doute réjouis trop vite car le dossier du mondial qatari est déjà très avancé et qu’il en faudrait beaucoup pour revenir en arrière. Le Qatar a engagé de nombreux frais et les stades sont déjà en cours de construction. Le choix de ce mondial est très politique, tout comme il l’a été pour la Russie. On peut évidemment déplorer cet état de fait car un mondial au Qatar est une aberration footballistiquement parlant. Il faut cependant ne pas s’emballer trop vite car cette phrase n’a aucune signification si ce n’est que certains au sein de la FIFA regrettent d’avoir voté pour le Qatar mais c’est trop tard. De plus le quotidien Bild est un habitué des phrases-chocs. Pour l’heure, le mondial 2022 aura bien lieu au Qatar et rien ne laisse penser le contraire !