L’identité n’est pas une réalité secondaire ou méprisable