L’évêque de Cucuta demande de la solidarité pour les milliers de Colombiens expulsés du Venezuela

L’évêque de Cucuta (Colombie), Mgr Victor Manuel Ochoa Cadavid, a exhorté la communauté et les autorités du pays à être solidaires et à accueillir les milliers de Colombiens qui ont été expulsés du Venezuela après que le président Nicolas Maduro ait décrété l’état d’urgence à la frontière entre les deux pays. Maduro a déclaré vendredi l’état d’urgence entrainant la fermeture de la frontière avec la Colombie et six municipalités de l’État de Tachira, car le 19 août dernier, trois soldats vénézuéliens auraient été blessés, selon le président, par des paramilitaires colombiens. Après cette déportation de plus d’un millier de Colombiens –adultes et enfants — qui vivaient dans cette région, le journaliste vénézuélien Eleonora Delgado informe par radio que les membres de l’opération de libération du peuple (OLP) ont répertorié 2.400 maisons dans les six municipalités et marqués 600 maisons de la lettre « D » pour « A démolir » et les autres de la lettre  » R  » pour « A revoir ». Jusqu’à présent, 1.113 Colombiens ont été déportés, 1535 autres Colombiens ont décidé volontairement de retourner en Colombie.

Dans un communiqué, le diocèse de Cucuta a averti que cette déportation avait provoqué une «crise humanitaire». Par conséquent, il appelle « les autorités compétentes à répondre opportunément et efficacement à la situation des personnes expulsées du pays voisin. » Le diocèse, situé sur la frontière entre les deux pays, à travers le Centre des migrations s’occupe d’environ 200 personnes expulsées, « leur fournissant hébergement, articles d’hygiène et nourriture, grâce aux contributions de la Banque diocésaine d’aliments et au Service jésuite aux réfugiés « . « Avec le soutien de la Pastorale sociale diocésaine, le diocèse fournit aux 207 personnes séjournant à l’École Municipale de Cucuta la nourriture nécessaire » et attend l’aide annoncée par l’administration municipale pour élargir les soins. » Dans la paroisse de Saint-Pierre Apôtre, il fournit le gîte et les repas à 30 personnes et évalue les besoins des abris du secteur. Avec l’aide des communautés religieuses, il aide 196 expulsés ou des personnes dans le besoin ». Le diocèse a également indiqué que « les gains de la campagne de communication chrétienne 2015» seront pour répondre « à cette situation complexe, en particulier pour les enfants et les jeunes. » « Nous invitons tout le monde à prier pour ces familles qui souffrent des actions des dirigeants de la République bolivarienne du Venezuela. Nous demandons à Dieu d’accorder compréhension, solidarité et fraternité, comme il sied à deux pays frères « , conclut le communiqué.