Les idoles progressistes sont à bout de souffle