Les catholiques chinois profitent de la fin de la politique de l’enfant unique pour témoigner

 La fin de la politique de l’enfant unique en Chine a ouvert la porte à l’Église pour prêcher sa doctrine plus librement sur l’ouverture à la vie dans le mariage, contre l’avortement et la contraception. Beaucoup avaient déjà ignoré la loi les obligeant à avoir un seul enfant, malgré les conséquences qui découlaient de cette décision.

Selon les statistiques officielles, on estime que 13 millions de personnes ne sont pas enregistrées en Chine; principalement en raison de violations de la politique de l’enfant unique qui a commencé en 1979. Les parents d’enfants non enregistrés peuvent être condamnés à une amende et leurs enfants ne peuvent pas aller à l’école publique, ni profiter d’autres avantages sociaux. Cependant, beaucoup de femmes ont bravé cette interdiction parce qu’elles voulaient simplement avoir plus d’enfants. La nouvelle politique de deux enfants ne consiste pas, pour beaucoup, cependant à promouvoir les droits de l’homme, mais a été mis en place pour répondre aux nouveaux besoins d’une société qui commence à vieillir et dont ses enfants seront comme un moteur impulsant l’économie domestique. «Les droits humains n’ont pas de valeur pour l’administration chinoise. Ce n’est pas la raison pour laquelle le gouvernement a assoupli sa politique  » dit Clare, journaliste catholique. Ng Wai-kit, professeur d’économie à l’Université de Hong Kong précise : «la politique de deux enfants, comme celle de l’enfant unique, est une mesure économique. « 

Devant ces objectifs économiques, la menace de suicide des « petits empereurs », expression utilisée pour désigner les enfants uniques nés sous la politique précédente, a augmentée. Depuis que le pays a assoupli la loi des enfants, habitués à être seuls. Certains voient «leur trône» menacé par la naissance d’un frère et des suicides seraient constatés. La politique du taux de natalité est maintenant un sujet de discussion chez les jeunes couples, « l’Église doit saisir cette occasion pour répandre la doctrine catholique sur le droit de naître. Ainsi, plus de gens comprendront la bonté de la procréation », a déclaré Zhong Xuebin, catholique laïc.