Les 4 choses à absolument savoir sur la loi santé votée au sénat le 16 décembre prochain 
Infographie

Les députés ont adopté cet après-midi (1er décembre) par 296 voix contre 243 le projet de loi santé examiné en nouvelle lecture. A l’exception des Républicains, de l’UDI, et de la GDR, tous les groupes politiques ont annoncé leur vote en faveur de ce texte présenté par le gouvernement socialiste. 

Entre les nombreux sujets médiatisés, tels que le tiers payant, le paquet neutre, ou les salles de shoot, plusieurs enjeux bioéthiques ont été réintégrés par voie d’amendement soit à l’initiative des députés, soit directement par le gouvernement.

Le projet de loi tel que voté par les députés contient notamment les dérives bioéthiques suivantes :

 

Ces dérives bioéthiques s’ajoutent donc désormais à celles qui ont été votées conformes par les deux chambres, et qui sont définitivement intégrées dans le projet de loi santé:

  • La suppression du délai de réflexion avant une IVG
  • La pratique d’IVG instrumentale dans les centres de santé
  • La délivrance de la pilule du lendemain dans les lycées et l’orientation des lycéens vers un planning familial. 

Fidèle à sa conception très particulière de la démocratie le gouvernement socialiste de Manuel Valls a donc pour ainsi dire profité de l’état d’urgence et du fait que l’attention de nos concitoyens soit occupée sur d’autres problématiques pour se concentrer à faire voter cette loi par le Parlement dans une indifférence quasi-généralisée.

Le Sénat examinera à son tour en nouvelle lecture le texte les 14, 15, et 16 décembre. Si les sénateurs votent conforme le texte de l’Assemblée nationale adopté ce jour, il s’agira de la dernière lecture. En revanche, s’ils modifient le texte, les députés procèderont à une lecture définitive du texte. (Source: Fondation Lejeune).nvelle_lecture_pjls_an_0