Le gouvernement syrien se dit ouvert à « toute solution politique » 

Le bureau des médias de la présidence syrienne a déclaré mardi que la direction syrienne est ouvert à toute solution politique tant qu’elle « préserve l’unité de la Syrie, freine l’effusion de sang et sert les intérêts syriens ».

La déclaration, rapportée par l’agence de nouvelles SANA, est venue en réponse aux remarques récentes faites par un député russe Aleksandr Yushenko qui est en visite en Syrie. « En ce qui concerne les remarques du député russe qui a rencontré le président Bachar al-Assad et a plus tard fait des déclarations selon lesquelles le président était prêt à tenir des élections législatives et présidentielles anticipées, nous affirmons que l’État syrien va accueillir et adopter toute solution politique tant qu’elle préserve l’unité de la Syrie, freine l’effusion de sang et sert les intérêts syriens », affirme la déclaration. Toutefois, aucune idée ou initiative ne peut être mise en œuvre sans lutter contre et vaincre le terrorisme en premier, souligne la présidence.

Cette déclaration intervient deux jours après la visite de Viktor Yushenko, qui a affirmé que le président syrien avait accepté d’organiser des élections préliminaires à condition que le geste soit soutenu par le peuple syrien. M. Yushenko, qui a rencontré le président Assad dimanche avec une délégation de parlementaires russes, a laissé entendre que le président « est prêt à discuter des amendements à la constitution et à organiser des élections législatives ».

Il a fait savoir le président Assad a également exprimé la volonté d’organiser des élections présidentielles, si le peuple syrien le juge nécessaire, mais ces élections ne peuvent avoir lieu qu' »après la victoire sur le terrorisme … et la libération du pays ». On peut prendre cette déclaration avec nuance puisqu’il y a une certaine ouverture à la diplomatie mais d’un autre côté les conditions demandées sont impossibles à réaliser dans un futur proche au vue de l’enlisement du conflit.