La Slovaquie a pris la tête du Conseil de l’UE 

La Slovaquie a pris ce vendredi 1er juillet la présidence du conseil de l’Union européenne et ce pour 6 mois, jusqu’au 1er janvier 2017. C’est la première fois qu’elle assure ce rôle depuis son adhésion en 2004. Elle succède ainsi aux Pays-Bas. La Slovaquie devra faire face à de nombreux défis, parmi lesquels le processus de sortie du Royaume Uni après le récent vote en faveur du Brexit. Ce sera donc à elle de gérer les conditions de cette sortie, que les dirigeants européens appellent majoritairement à régler au plus vite.

Si son adhésion est relativement récente, l’euroscepticisme, qui s’étend de manière globale en Europe de l’Est, est également présent sur le sol slovaque. Le premier ministre Roberto Fico a dû former une coalition avec un parti nationaliste, le SNS, très critique à l’égard de la construction européenne. Certaines des positions de ce gouvernement diffèrent de celles assumées par l’Union européenne. La Slovaquie est notamment opposée à l’accueil des réfugiés.

Avant sa prise de fonction, Roberto Fico avait déclaré que: »Les décisions cruciales sur l’avenir de l’Europe ne peuvent être définies par deux, trois États membres, ni par les États fondateurs de l’UE. » La Slovaquie et les autres États dit du groupe de Visegrad, à savoir la Hongrie, la Pologne et la République tchèque, militent pour une restitution de certains pouvoirs aux États membres et une réduction du rôle exécutif de la Commission européenne.