La RATP reconnait enfin que les chrétiens d’Orient sont des victimes du conflit en Irak et en Syrie 

La polémique sur les chrétiens d’Orient et la RATP va donc prendre fin. Le ministre chargé du transport, M Alain Vidalies, a reçu vendredi une délégation de la Coordination des « Chrétiens d’Orient en Danger » (CHREDO), menée par son président, Patrick Karam, ainsi que la présidente de la RATP, Mme Élisabeth Borne et le secrétaire général, M Emmanuel Pitron pour une médiation que demandait la CHREDO par courrier en date du 10 avril 2015. L’une des principales demandes de Patrick Karam était que la RATP reconnaisse que les chrétiens d’Orient n’étaient pas partie prenante du conflit qui se déroulait en Irak et en Syrie. Lors de premières négociations au mois d’avril, la RATP avait maintenu son refus de reconnaitre les chrétiens d’Orient comme des victimes.

Après un échange de point de vue dirigé par le ministre, la présidente de la RATP, Mme Borne, a remis à Patrick Karam un courrier reconnaissant sans ambiguïté l’erreur d’appréciation de la RATP et indiquant que la RATP considérait les chrétiens d’orient comme victimes et pas parties au conflit. La présidente de la RATP écrit en effet : « Nous reconnaissons qu’il ne peut être considéré que les Chrétiens d’Orient sont partie prenante dans ces conflits au plan militaire, ayant une position de victimes de persécutions en une violation du droit humanitaire international. Bien qu’ayant agi de bonne foi, nous admettons qu’il n’a pas été judicieux d’invoquer les principes de laïcité et de neutralité du service public dans le cas d’espèce, pour considérer que la RATP et Métrobus ne pouvaient prendre partie dans un conflit de quelque nature qu’il soit. Nous avons déjà fait montre de toute notre volonté de satisfaire vos demandes et aboutir à une résolution amiable de notre différend, en acceptant de diffuser une seconde campagne d’affichage, pour la même durée, à titre gratuit avec le bandeau initialement supprimé. »

Le conflit est désormais clos mais il est quand même dommageable qu’il ait fallu une telle polémique et l’intervention de politiques pour que la RATP fasse marche arrière. Le concert des Prêtres, à l’origine de la polémique, aura lieu aujourd’hui à l’Olympia avec deux horaires: un à 16h et un autre 20h30 !