La fébrilité des pro-avortement est l’aveu qu’au fond, ils pensent l’inverse