Juppé et Sarkozy ne veulent pas être des recours pour la présidentielle