Incidents Nice-Bastia: tous coupables ! 

joueurs bastiaMêmes causes, mêmes effets : l’interdiction de déplacement des supporters bastiais à Nice ainsi que l’interdiction de porter des signes distinctifs du club dans et aux alentours du stade ont donné lieu à des débordements en fin de match. L’arrêté initial stipulait même tout signe d’appartenance à la Corse et face aux nombreuses réactions scandalisées, le préfet l’avait modifié. Cela n’empêchera le SC Bastia d’introduire un recours au tribunal administratif qu’il perdra, obtenant toutefois une indemnisation de 500 euros de la part de l’État.

Ce genre d’interdictions, qui sont désormais plus habituelles qu’exceptionnelles, n’enlève pas pour autant la tension lors des matchs. Il n’est pas rare en effet de voir les joueurs ou le staff technique montrer leur soutien à leurs supporters absents par des gestes symboliques. C’est ainsi que les joueurs bastiais sont allés s’échauffer avec l’emblème Corse barré d’une croix rouge. Pourtant mal en point au championnat, Bastia s’est imposé 1-0 face à Nice. Pas de chance pour les Niçois car les interdictions de déplacement de supporters donnent, en général, une motivation supplémentaire et une rage pour aller gagner. La partie terminée, le 2ème gardien de Bastia, Jean-Louis Leca, corse d’origine, est venu manifester sa joie sur le terrain avec le drapeau corse, entraînant une bagarre entre joueurs qui s’est terminée par un envahissement du terrain par une centaine de supporters niçois. Une fois de plus, le sujet de la violence dans les stades revient sur la table.

joueurs bastia3Provocation inutile ? Bêtise des supporters ? Inefficacité des mesures de sécurité ? Il y a sans aucun doute des trois. Jean-Louis Leca pouvait bien s’imaginer que son geste allait provoquer des réactions surtout vis-à-vis des ultras. Ce n’était certainement pas la peine d’en rajouter surtout après avoir gagné le derby en terre niçoise. Quant aux supporters niçois, ils vont une fois de plus s’auto-sanctionner car nul doute que c’est un match à huis-clos qui se profile, au minimum. Au final, cela ne leur rapportera rien sinon des sanctions, des condamnations et une image ternie. En revanche, on peut aussi se poser des questions quant à la sécurité de l’Allianz Riviera car ce n’est pas une première fois que le dispositif de sécurité est rapidement dépassé. On a même vu des stadiers frapper des joueurs bastiais ! Or le stade doit accueillir l’Euro 2016…il y aura sans aucun doute des changements à effectuer pour éviter que des mêmes incidents se produisent.

Sans surprise, la préfecture des Alpes Maritimes a assumé ses mesures, notamment sur l’interdiction des signes distinctifs, poussant l’hypocrisie à déclarer : « C’est pour protéger les supporters qui seraient venus de manière isolée dans le stade. » Or les parcages extérieurs sont justement faits pour ça. En revanche, on pourra toujours continuer de se poser la question sur l’efficacité des interdictions de stade qui n’apaisent pas les tensions, loin de là. La gestion de l’événement a été plus que maladroite. Le tout répressif a montré ses limites. L’impression d’une incompréhension mutuelle entre les autorités et les supporters est plus que jamais d’actualité mais aucun ne veut faire un pas vers l’autre, se rejetant la responsabilité des incidents !