Hollande Dégage marque les trois ans de mandat de François Hollande 

police hollande dégage mai 2015Le 6 mai dernier, des militants de Hollande Dégage sont allés faire un geste symbolique devant la statue de De Gaulle à la station métro Champs-Élysées Clémenceau pour marquer les trois ans de l’élection de François Hollande. Ils y ont déposé une gerbe mais ont terminé leur action en garde-à-vue. Une autre manifestante, venue les rejoindre, a fait un récit de sa propre expériences sur Facebook:

« Après être passée à proximité de l’Élysée, je me dirige en vélo vers la station Champs-Élysées Clemenceau où j’avais vu sur Facebook que se tenait un rassemblement anti Hollande. En chemin j’aperçois sur ma gauche des amies. Je vais donc les rejoindre pour leur dire bonjour. Nous sommes rapidement encerclées par des policiers et CRS. Arrive une jeune commissaire avec laquelle je discute très courtoisement. Au bout de 20mn env les policiers nous laissent partir et la commissaire me demande alors où je compte me rendre. Je lui dit que je veux aller voir sur la place de Champs Élysées Clemenceau ce qu’il se passe. Elle me dit très bien pas de problème. Avec mes amies nous arrivons donc sur la place et marchons (je poussais mon vélo) vers la statue de de Gaulle. Là un crs m’interpelle et me dit que je dois me diriger vers le métro. Je lui dit que je ne peux pas prendre le métro. Il me répond que je dois prendre le métro. Je rétorque que je suis en vélo et qu’il m’est interdit de prendre le métro avec mon vélo. Il insiste quand même. Il voit alors un sac plastique sur mon guidon. Fouille dans le sac alors qu’il n’en a pas le droit et y trouve mon sweat « Hollande dégage ». Il tend le sac à son supérieur qui sort le sweat du sac pour me le confisquer. Je m’exclame en lui disant que c’est du vol, il n’a pas le droit de prendre mon sweat, le logo est déposé et aucune loi ne m’interdit de le porter. Sur ce, la commissaire arrive, me rend mon sweat et confirme que je n’ai pas le droit de prendre le métro avec mon vélo. Au bout de quelques minutes, je décide de partir en marchant tranquillement. Un crs m’arrête alors et me dit que je n’ai pas le droit de partir. Je me tourne alors vers la commissaire et lui dit : « tout à l’heure je n’avais pas le droit de rester et maintenant je n’ai plus le droit de partir ! Il faudrait savoir !!! » Elle me laisse partir et je décide de faire tranquillement le tour du groupe de crs au milieu duquel se trouvait toujours une amie. Au bout de quelques minutes la commissaire m’arrête et me dit « maintenant je vais faire les sommations d’usage : obéissance à la loi ! Dispersez vous ou nous allons faire usage de la force ! » Je lui réponds « ben je suis seule… comment je peux me disperser ? » Et elle donne l’ordre aux crs de m’interpeller… nous sommes 3 personnes à avoir été interpellées pour le motif de « participation volontaire à un attroupement non déclaré après sommations »… or nous n’étions pas attroupés : la commissaire a même dû faire les sommations individuellement à chacune des 3 personnes… »