« Grève de la faim » collective et de 100 heures pour commémorer l’extermination des chrétiens assyriens, chaldéens et syriens par la Turquie 

Les membres de la communauté syrienne de la ville de Midyat commenceront le 20 avril prochain une grève de la faim collective pour attirer l’attention de l’opinion publique turque et internationale sur l’extermination qui a frappée l’Anatolie en 1915 et touchée non seulement les Arméniens, mais aussi les chrétiens assyriens, chaldéens et syriens. La grève de la faim durera 100 heures, à l’image des 100 ans passés depuis les massacres que les chrétiens syriens rappellent avec l’expression « Seyfo » qui signifie épée en syriaque. Elle finira le 24 avril, coïncidant avec des initiatives prévues dans le monde entier pour commémorer le génocide arménien. Les chrétiens syriens, comme les Arméniens, affirment que le génocide assyro-syrien doit être reconnue par la Turquie.

« La Turquie, a déclaré dans une interview télévisée Youhanna Aktas, président de l’Union assyrienne Mardin, doit faire face à son passé et reconnaître le génocide arménien. » En plus de la grève de la faim, les inspirateurs de l’initiative ont également annoncé une marche pour commémorer le génocide assyrien. Elle se tiendra durant le mois de juin. Avec la définition de «génocide assyrien », on fait référence à la déportation et à l’extermination de chrétiens appartenant à la communauté assyrienne, chaldéenne et syriaque faites en territoire ottoman par le gouvernement des » jeunes Turcs « . La ville de Midyat, d’origine syrienne, a été pendant des siècles le centre d’une enclave chrétienne syriaque dans le sud de la Turquie. Elle est actuellement dans la province de Mardin.