Fra Angelico : l’appel de la Grâce raconté par Laurent Dandrieu

Laurent Dandrieu
Laurent Dandrieu

L’ absence de traces matérielles concrètes concernant l’existence de Fra Angelico soulève des questions sur la postérité de l’artiste, élevé au rang de Bienheureux par l’Eglise romaine (1). Invité par le Cercle de Flore ce 9 janvier 2014, c’est intrigué par ce mystère hagiographique que Laurent Dandrieu, rédacteur-en-chef adjoint à Valeurs Actuelles, s’est penché sur la biographie de l’artiste dans une présentation de son ouvrage La compagnie des Anges. Petite vie de Fra Angelico. 

L'Annonciation, Fra Angelico, 1433-4, tempera sur bois, 150 x 180 cm, Cortone, Musée Diocésain
L’Annonciation, Fra Angelico, 1433-4, tempera sur bois, 150 x 180 cm, Cortone, Musée Diocésain

Né vers 1387, au Mugello (Nord de Florence, près de Vecchio), Fra Angelico (2) grandit au sein d’une famille dont les membres sont partagés entre religieux et artistes. Au début du siècle, celle-ci s’installe à Florence ; le jeune homme choisit de se former auprès de Piero Di Giovanni (dit Lorenzo Monaco). C’est dans la quiétude de cet atelier qu’il se prépare à une vocation religieuse, élaborant un travail pictural emprunt d’une grande douceur, à l’image de son caractère. Habité par une mystique contemplative qui guidera toute son existence, ses capacités rendaient évidentes ce choix décisif. A seulement vingt ans, voilà le désormais Fra Giovanni revêtant l’habit du Noviciat Dominicain des Frères de la Stricte Observance, lequel connaissait un regain de ferveur en regard des contingences séculaires douloureuses – la peste noire, les tribulations intestines de l’Eglise, avec le Grand Schisme d’Occident (1378). Fidèle à l’autorité romaine, il ne pourra regagner Florence qu’en 1417-8, une fois le climat religieux rasséréné avec la nomination du pape Martin V à la tête de l’Eglise romaine.

Le Couronnement de la Vierge, Fra Angelico,  1434-1435, tempera sur bois, Florence, Musée des Offices
Le Couronnement de la Vierge, Fra Angelico, 1434-1435, tempera sur bois, Florence, Musée des Offices

La ville connaît alors une grande émulation ; c’est l’époque du chantier artistique, introducteur du renouveau artistique de l’aube du XVe siècle. Vivier d’inspiration pour les artistes du temps, la cité voit s’épanouir l’innovant Brunelleschi et son Duomo de la Cathédrale de Florence, les majestueux bas-reliefs de la porte du Baptistère de Florence de Ghiberti et la Trinité de Masaccio à Santa Maria Novella. Source d’inspiration pour le jeune peintre, l’observation de ces novateurs, qui proposent une approche picturale renouvelée en matière de perspective, aura transcendé l’acuité visuelle du peintre. Témoignage flagrant de la reconnaissance dont il fait l’objet, Fra Giovanni est appelé par les souverains pontifes à Rome, où il se serait vu confié d’éminents travaux dont les traces matérielles restent malheureusement rares.

Jamais pourtant, au crépuscule de sa vie, celui que la postérité appellera Fra Angelico, ne faillira à ses devoirs religieux. Avec dévotion, il assume des fonctions importantes au sein de son Ordre, mettant son pinceau au service du message thomiste d’une unité spirituelle conforme à sa Foi. D’une pieuse fascination, sa production artistique est saluée par les contemporains et la qualité de son oeuvre en est exacerbée : sa peinture, passerelle entre Ciel et Terre, est à la fois un intermédiaire mystique avec le Divin et le reflet de son âme. Le 18 février 1455, sa mort marque les esprits : son oeuvre, dont la sobriété fait autorité, fait conclure à Laurent Dandrieu qu’à l’image de l’homme, la peinture de Fra Angelico est emprunte « d’une véritable humanité sacrale ». 

41hOsB+wt+L._SY344_BO1,204,203,200_

La compagnie des anges. Petite vie de Fra Angelico. Editions du Cerf, 2014, 96 pages.

  1. C’est en 1982 sous l’impulsion d’un motu proprio du Pape Jean-Paul II que sera opéré le procès en béatification de l’artiste.
  2. Fra Angelico est une dénomination qui a été donnée a posteriori à l’artiste, dont le véritable nom de frère Dominicain était Guido Fra Giovanni.