[Exposition] Mossoul, métropole chrétienne dans la plaine de Ninive

L’exposition Mossoul, métropole chrétienne dans la plaine de Ninive, ouvre ses portes du 28 mai au 21 juin à la Mairie du Ve arrondissement de Paris (1). Proposée en parallèle de l’exposition Mésopotamie, carrefour des cultures : grandes heures des manuscrits iraqiens (2), cette présentation photographique articulée en deux parties présente des trésors inestimables, insignes témoignages de l’Histoire passée et présente des Chrétiens d’Orient. 

 grandes-heures-des-manuscrits-irakiens-ouvrage-collectif

Le rez-de-chaussée dévoile la collection du Couvent dominicain de Mossoul sauvée in-extremis par le Père Nageeb Michaeel après la prise de Qaraqosh par l’État islamique l’année passée. Perspective sur un Orient mythifié par l’oeil occidental du XIXe siècle, ce fonds propose des portraits de jeunes iraqiens de modestes conditions parés de leurs plus beaux atours, clichés touchants dont le seul caractère authentique est exalté par l’oeil fier de ses sujets. Mise à l’honneur par ces protagonistes de la vie quotidienne, l’identité iraqienne est également portée par les photographies des paysages locaux ; ici, la représentation de la Ninive ancienne rappelle au visiteur la richesse d’un passé antique oublié, dont les vestiges archéologiques constituent la marque pérenne de la grandeur des royaumes assyriens. 

Après cette exploration dans le passé, le visiteur découvre la seconde partie de l’exposition – située au premier étage, transition subtile vers la représentation de l’Iraq actuelle. A travers la collection rassemblée par Emmanuel Siman Patacq, dominicain iraqien qui regagne la France en 1963, ces clichés présentent les périodes charnières auxquelles fut confrontée cette population. En premier lieu, dans les années soixante, où l’uniformisation mondiale entraîne la mutation des moeurs autochtones et où les cérémonies traditionnelles se teintent d’accents occidentalisant. Mais c’est surtout le basculement actuel subi par les Chrétiens iraqiens menacés par l’Etat islamique qui saisit le visiteur. De l’exode des iraqiens fuyant les villes prises par les groupes terroristes aux processions des Chrétiens à travers les plaines étendues le jour de la fête des Rameaux, ces images rappellent avec force la ferveur de ce peuple iraqien menacé. 

Tant par l’usage d’une muséologie discrète et élégante que par les collections inédites de trésors sauvegardés qu’elle dévoile, cette exposition valeureuse évoque l’importance fondamentale de ce legs patrimonial. Si cet«Orient impressionnait [Pablot Neruda] en tant que grande famille d’infortunés» (3), ces joyaux providentiellement sauvés de la destruction rappelleront aux visiteurs toute la fortune résidant dans les mains de ce peuple, riche d’une culture brillante dont on se prend à rêver qu’elle résonne encore longtemps dans l’avenir . 

 

(1) Mossoul, métropole chrétienne dans la plaine de Ninive, présentée à la Mairie du Ve arrondissement de Paris du 29 mai au 21 juin 2015 – 21 Place du Panthéon, 75005 Paris. Tous les jours, sauf le dimanche, de 11 h à 18h.

(2) Mésopotamie, carrefour des cultures : grandes heures des manuscrits iraqiens, exposition à l’Hôtel de Soubise (60, rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris), du 20 mai au 24 août 2015.

(3) Pablo Neruda, La solitude lumineuse, Folio, p.28.

Commissariat de l’exposition : 

Père Nageeb Michaeel, O.P., Archiviste et directeur fondateur du Centre numérique des manuscrits orientaux
Emmanuel Siman Pataq, O.P. , Bibliothécaire du couvent Saint-Jacques
M. Jacques Charles-Gaffiot