Égypte: des chrétiens coptes sur des listes salafistes pour les prochaines élections législatives

Des élections législatives vont avoir  lieu prochainement en Égypte à partir du 17 octobre. La date limite pour la présentation des candidats et des listes est prévue pour les jours prochains et en vue de cette échéance, le climat de mobilisation pré-électoral devient plus évident. Au cours de ces dernières heures, le responsable de la Fédération égyptienne pour les droits fondamentaux, Naguib Gabriel, de religion copte, a présenté aux organismes compétents la documentation requise pour participer aux élections. La présence de chrétiens coptes dans les listes du parti salafiste al-Nour a été également confirmée. Au cours de ces derniers mois, pour répondre aux polémiques reprises par la presse, des responsables de la formation islamique ont précisé que l’insertion de candidats chrétiens au sein de ses listes électorales représentait « un acte dû », rendu obligatoire par la loi électorale et qu’elle fait partie des pré-requis constitutionnels auxquels les formations politiques doivent obtempérer pour être admises aux prochaines élections législatives. L’activiste copte Nader El-Serafy, représentant de la formation politique Ghad el-Thawra et cofondateur de Copts 38 – mouvement laïc créé en 2011 pour demander la réintroduction des dispositions canoniques introduites par l’Église copte orthodoxe et abrogées par la suite qui admettaient 9 cas dans lesquels les coptes orthodoxes pouvaient divorcer – a annoncé depuis longtemps son intention de se porter candidat sur les listes du parti conservateur salafiste.

Selon l’agence Fides, l’Église copte orthodoxe n’a jamais explicitement condamné le choix des chrétiens qui décident de militer dans des partis d’inspiration islamiste. La loi électorale en vigueur établit que les chrétiens coptes doivent être représentés par au moins 24 candidats dans les listes des partis participants au niveau national. Le Patriarche copte orthodoxe Tawadros II a répété que l’Église copte orthodoxe n’offrait d’appuis directs et personnels à aucun candidat.