Des élus UMP lancent une pétition contre la communautarisation des jours fériés religieux dans les DROM 

Dans le cadre de la loi Macron, des députés socialistes ont déposé un amendement, qui a été adopté, autorisant le remplacement, dans les départements d’outre-mer,  de certains jours fériés  inspirés de fêtes catholiques par des « jours fériés locaux «  plus adaptés « aux contextes culturels et historiques particuliers en Outre-Mer ». Ce remplacement est laissé au bon vouloir des autorités locales et de la préfecture.

Deux élus de l’UMP: Bruno Retaillau, sénateur et président du Conseil général de Vendée et Eric Ciotti, député et Président du Conseil général des Alpes-Maritimes, ont lancé une pétition  adressée au premier ministre Manuel Valls pour demander la suppression de cet amendement dans lequel ils voient une communautarisation des jours fériés:« s’attaquer au calendrier français, c’est fragiliser encore un peu plus l’unité française. Nos fêtes et les jours fériés qui l’accompagnent sont des éléments essentiels de notre histoire et de notre patrimoine communs. Dire cela, ce n’est pas afficher une préférence confessionnelle mais souligner une réalité culturelle. Comment rassembler les Français si chaque communauté exige son calendrier et revendique son identité ? Faudra-t-il proposer des vacances à la carte dans les écoles en fonction de l’appartenance confessionnelle ou culturelle des élèves et de leurs familles ? « 

Sur son site, Eric Ciotti annonce son intention de déposer un recours au Conseil Constitutionnel avec le groupe UMP, sans doute la prochaine étape après la pétition. Il met en garde contre le risque d’une généralisation: »On parle aujourd’hui de Mayotte ou de la Réunion, mais pourquoi pas les mêmes revendications demain en Seine-Saint-Denis ou ailleurs?  » Il rappelle l’histoire de la France: »La France ne vient pas de nulle part, elle a une histoire, elle a une identité. Elle est l’héritière d’une civilisation judéo-chrétienne qui, au-delà d’une religion, a façonné une culture Noël qui est célébré aujourd’hui par tout le monde, quelle que soit sa religion. »

Le Front National avait réagi via un communiqué de Florian Philippot, dénonçant:« une atteinte manifeste au principe d’unité et d’indivisibilité de notre République…avec cet amendement, on fait reculer la laïcité en distinguant les Français selon leur religion. »