Dénoncer le militantisme politique des journalistes, ce n’est pas porter atteinte à la liberté de la presse

By SalonBeige

L’édition 2018 du Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF) témoigne de l’hostilité croissante des responsables politiques à l’encontre des journalistes. L’ONG classe ainsi sur le même plan les persécutions physiques, comme en Corée du Nord, et la dénonciation par Donald Trump du militantisme politique des journalistes :

« L’hostilité des dirigeants politiques envers les médias n’est plus l’apanage des seuls pays autoritaires comme la Turquie (157e, -2) ou l’Egypte (161e), qui ont sombré dans la “média-phobie” au point de généraliser les accusations de “terrorisme” contre les journalistes et En savoir plus

Via:: Le Salon Beige