Demandes d’asile record en Allemagne et en Belgique 

demandeurs d'asile Allemagne

L’Allemagne a accueilli depuis le début de l’année plus de 300.000 demandeurs d’asile, indique samedi le quotidien allemand Die Welt, alors que Berlin s’apprête à faire face à un nouvel afflux record de réfugiés en 2015. Ce chiffre est clairement supérieur à celui avancé par l’Office fédéral pour les migrants et les réfugiés (BAMF) qui a enregistré pour l’instant 258.000 demandes. Selon Die Welt, cet écart s’explique par le fait que les chiffres des Länder ne sont pas encore remonté au niveau fédéral et n’ont donc pas été pris en compte par le BAMF. Les Länder, qui se voient répartir le nombre de demandeurs d’asile en fonction de leurs richesses, ont à plusieurs reprises tiré la sonnette d’alarme, réclamant plus d’aide à l’Etat fédéral afin de faire face à cet afflux. Récemment, l’Office pour les réfugiés tablait sur l’arrivée de 450.000 demandeurs d’asile en 2015 mais avait dû aussi réviser cette prévision à la hausse, avançant désormais le chiffre de 500.000 personnes, là encore du jamais vu. En 2014, l’Allemagne avait reçu plus de 202.000 demandes d’asile, soit 60% de plus qu’en 2013.

Il y a également une hausse record en Belgique. En juillet dernier, près de 3.000 demandes d’asile (2.960) ont été introduites en Belgique. Il faut remonter à janvier 2001 pour atteindre un tel niveau. L’augmentation pour les quatre derniers mois, qui est de 130%, est la plus spectaculaire jamais enregistrée, expliquent samedi les journaux de Sudpresse. L’information est aussi relayée par les journaux flamands Het Laatste Nieuws et De Morgen. Depuis le début de l’année, la majorité des demandeurs d’asile proviennent de Syrie, Irak, Somalie et Afghanistan. « C’est du jamais vu chez nous« , a commenté Theo Francken, le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration. « J’ai eu le Premier ministre au téléphone. Une réunion d’urgence est planifiée lundi. Un représentant du ministre de la Défense sera présent. On va tenter de trouver une solution, peut-être en ouvrant les casernes pour créer des places d’accueil supplémentaires« .