Dans l’État de Mexico, le diocèse de Cuautitlan installe des chapelles dans les centres commerciaux 

 Dans l’État de Mexico, le diocèse de Cuautitlan installe des chapelles dans les centres commerciaux donnant accès aux stations de trains de banlieue. L’installation des trois chapelles dans les stations vise à amener aux voyageurs l’œuvre d’évangélisation, de rendre le Christ présent dans les transports. Ainsi, le diocèse offre aux passagers un espace pour la prière, la méditation et la possibilité de parler à un prêtre. Selon le Système d’information de l’archidiocèse de Mexico (SIAME), Mgr. Guillermo Ortiz, évêque de Cuautitlan, a déclaré que cette action répondait au plan pastoral du diocèse de sortir des églises pour aller à la rencontre des personnes. Le prélat a déclaré que lorsque les chapelles ont été installées, il a ressenti une grande joie et de la gratitude envers Dieu, mais certains prêtres, habitués à leurs paroisses, ne comprenaient pas le sens de la démarche:« Je leur ai demandé de prendre un jour de repos, pour lire et méditer; mais à voir que beaucoup de gens assistaient à la messe, d’autres venir se confesser ou tout simplement parler, ils ont réalisé qu’il fallait être là « , a-t-il dit.

Dans les chapelles de St François d’Assise (station Lecheria), St Antoine de Padou (station Tultitlán) et St Juan Diego à Cuautitlan, viennent beaucoup de personnes qui n’avaient pas fréquenter d’église depuis des années et qui sont reconnaissantes . Mais il y a aussi ceux qui s’opposent à la création de ces espaces. Pour mener à bien ce travail, les trois vicaires du diocèse se sont organisées pour que des prêtres soient présents tous les jours dans les chapelles. Les prêtres effectuent une pastorale de personne à personne, fournissant des conseils et offrant la possibilité aux fidèles de s’approcher des sacrements ou les aidant dans un processus ecclésial. « Quand les gens connaissent la disponibilité de l’Eglise, et surtout la rencontre avec le Christ, ils viennent en plus grand nombre », a déclaré Mgr. Ortiz. De plus, près des chapelles « il y a un café qui sert d’espace de réunion. On y offre un très bon café et des sandwichs que font les religieuses contemplatives. Nous mettons également une librairie et peu à peu une bibliothèque ». Le prélat a aussi rappelé qu’ un autre espace, la Casa del Migrante San Juan Diego à Huehuetoca se trouve sur les chemins des travailleurs migrants. La maison est desservie et soutenue à tour de rôle par chaque paroisse du diocèse. De la nourriture, des vêtements et chaussures sont distribués. Les laïcs ont aussi pour mission de la visiter. Les migrants peuvent ainsi trouver un lit, des conseils et une assistance juridique avec les autorités de l’immigration, les organismes de sécurité locale et de l’État, Médecins sans frontières et le Secrétariat de la santé.