Colombie: Les FARC sur le massacre de Bojayá: « j’espère qu’un jour nous serons pardonnés » 

 Le négociateur en chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), Pastor Alape, a participé mardi à un acte de reconnaissance de responsabilité devant les survivants du massacre de Bojayá (survenu en 2002), dans lequel 117 personnes sont mortes dont 47 enfants, après que le groupe révolutionnaire ait lancé une bombe dans une église où des centaines de civils avaient trouvé refuge. « J’’espère qu’un jour nous serons pardonnés », a déclaré le porte-parole des FARC, qui s’est «repenti» et a assuré que les membres de la guérilla ont également pleuré les victimes. Lors de la cérémonie, il a promis de réparer les dommages causés et de veiller à ce qu’aucun incident similaire ne se répète. « Des épisodes déchirants tels que ceux passés dans cette communauté et pour lesquels nous avons une certaine responsabilité, ne peuvent pas se répéter. Nous avons aussi pleuré la mort d’innocents, de ceux qui espéraient miséricorde, pour les hommes et les femmes, les personnes âgées et les enfants. Cela fait 13 ans que pèse sur nos épaules la douleur déchirante qui vous affecte tous « , a dit Pastor Alape. Alape a reconnu que ses mots « ne peuvent pas réparer l’irréparable, ni faire revenir aucune des personnes qui ont péri ce jour-là. « Cela n’efface pas la souffrance, la souffrance qui se reflète dans les visages de chacun d’entre vous, alors espérons qu’un jour nous soyons pardonnés », a –t-il conclu dans la communauté de Bella Vista, où il était avec dix autres membres de la guérilla.