Canada: une ville à majorité mormonne maintient l’interdiction de vendre de l’alcool 

cardston

Le 6 Octobre dernier, les résidents de Cardston, Alberta, au Canada, ont massivement voté contre la proposition de lever l’interdiction sur la vente de boissons alcoolisées dans la ville.
Fondée par les colons mormons en 1887, Cardston interdit la vente de boissons alcoolisées dans les limites de la ville depuis plus de 100 ans.

La plupart des 3.500 habitants de Cardston appartient à l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (IJSUD), qui interdit la consommation d’alcool comme celle du thé et du café.
Les propriétaires des commerces locaux ont exprimé leur inquiétude de perdre des affaires face aux villes voisines qui permettent la vente de boissons alcoolisées et demandent un plébiscite pour autoriser leur vente dans les restaurants, terrains de golf, et installations récréatives. Toutefois, les résultats définitifs des élections ont montré que seulement 374 électeurs ont été favorables à la proposition, 1.089 l’ayant totalement rejeté.

Ernest Watts, un Australien qui a déménagé à Cardston il y a plus de 50 ans, dit que la décision de rejeter la proposition n’est pas nécessairement liée à la religion. Watts, également Mormon, dit qu’il aime Cardston «tel quel» et s’interroge si avec la levée de l’interdiction, la ville ne perdrait pas une partie de ce qui la rend « spéciale ».

Marilyn Williams, également de foi mormone, a déclaré qu’un changement dans la politique de l’alcool n’affecterait pas ses convictions personnelles ou autres et a appuyé la proposition. «Je suis d’accord avec ce que les restaurants et les terrains de golf puissent le faire [la vente d’alcool] parce qu’ils perdent des milliers de dollars chaque mois, » a-t-elle dit.
«Je suis en faveur de la vente d’alcool dans les restaurants, mais pas qu’il soit vendu dans les magasins d’alcool. Je ne bois pas et c’est ma décision. Je ne fais pas non plus les courses le dimanche bien que les magasins soient ouverts « .

Le maire de Cardston, Maggie Kronen, n’a pas été surprise par les résultats du vote. « Je ne suis pas surprise, car une fois que les gens ont l’opportunité de vraiment évaluer les résultats de l’interdiction, il est très difficile de parvenir à un compromis », a déclaré Kronen. Elle a également noté qu’elle estime que la question a été posée et que la ville aura besoin d’une nouvelle génération d’électeurs avant de refaire voter sur la politique sur les boissons alcoolisées. En plus de la prohibition de l’alcool, d’autres questions étaient posées telles que l’ajout de fluor à l’eau potable ou savoir si les résidents peuvent avoir des poules dans les cours de leurs maisons.