Belgique : la Défense de retour dans le débat public 

photo lesoir.be

photo lesoir.be

Les récents attentats ont certes relancé de nouveaux débats sur la politique de Défense en France, remettant l’armée et les militaires sur le devant de la scène comme jamais depuis 30 ans. Mais ce n’est pas le seul pays à avoir ce phénomène. La Belgique en fait partie alors que l’armée n’a jamais eu la réputation ou l’aura qu’elle a en France. Des politiques à la population, l’armée belge a fait un retour plus que remarquée dans le débat public.

La Défense belge en mode communication

Déjà bien présente sur Facebook, la Composante Terre de l’armée belge a lancé son compte Twitter le 23 novembre après la situation d’alerte maximale à Bruxelles. La première photo postée montre une patrouille de soldats du 2ème Bataillon de Commandos dans l’aéroport de Zaventem à Bruxelles, un choix pas anodin. Si on remarque qu’il n’y pas eu le message d’arrivée traditionnelle, on peut cependant souligner que l’armée belge a su saisir l’opportunité qui s’offrait à elle pour se donner une nouvelle visibilité et se lancer dans une communication plus audacieuse. Jusqu’ici à part le 21 juillet, jour de la Fête nationale belge, et les journées portes ouvertes, le public était assez peu au contact de l’armée et s’en souciait peu d’autant plus que la Belgique est peu impliquée dans des OPEX. Depuis janvier 2015, l’armée belge est de façon régulière dans les rues pour de la surveillance et parfois en nombre. Au plus fort de la menace terroriste à Bruxelles fin novembre, il y a eu jusqu’à plus de 1.000 militaires dans la rue. Le contexte du danger terroriste a changé la donne.

défense belge facebookLa population prend fait et cause pour un militaire

L’exemple le plus marquant est sans doute le buzz autour d’une photo postée sur les réseaux sociaux d’un militaire belge faisant ses courses lors de sa mission de surveillance, la semaine dernière. Suite à ça, il a été suspendu de ses fonctions par la Défense qui ne prévoyait sans doute pas que cette décision provoquerait un tollé sur les réseaux sociaux. Beaucoup de personnes se sont offusquées de cette décision et ont apporté leur soutien à ce militaire en nombre. Les policiers et les pompiers ont également réagi en publiant une photo similaire à celle qui incriminait le militaire. Cette soudaine vague de soutien pourrait amener le ministère de la Défense à changer sa position selon les syndicats. Il y a d’ailleurs eu un début de communication sur la page Facebook officielle du ministère dans un post du 24 décembre pour tenter de calmer le jeu. L’affaire aura eu le mérite de montrer une population belge, très soucieuse de soutenir son armée. C’est plutôt nouveau dans un pays sans réelle tradition militaire.

défense belge facebook 2

Un accord politique ambitieux pour la modernisation de l’armée belge

Au cœur des débats politiques depuis l’arrivée du nouveau gouvernement en octobre 2014, le nouveau plan stratégique de Défense a été validée juste avant Noël par le gouvernement Michel après de nombreuses discussions. La volonté affichée du ministre de la Défense Steven Vandeput de réinvestir dans l’armée, les pressions américaines, le terrorisme auront obligé les politiques à avoir plus de considération pour la Défense, laissée jusqu’ici en désuétude. 9,2 milliards d’euros vont être investis d’ici 2030 avec le but de moderniser l’armée. Parmi les investissements, on peut parler de 34 nouveaux avions de chasse devant remplacer les F-16 vieillissants et de 6 drones ainsi que d’équipements modernes. Si cela pouvait éviter à la Belgique d’avoir à demander à l’armée américaine de lui prêter des gilets pare-balles comme cela a été le cas récemment… Le nouveau plan a été plutôt bien accueilli par les syndicats qui restent prudents. Le SLFP a salué le courage politique du gouvernement mais attend davantage de détails concrets de l’accord et de garanties avant de pleinement se réjouir.

militaires belges de l'EUTM Mali

militaires belges de l’EUTM Mali

Plus de militaires belges en OPEX

En 2016, l’armée belge continuera d’intervenir hors de ses frontières et le budget consacré aux opérations sera revu à la hausse par rapport à 2015, passant de 63 à 69 millions d’euros, soit un accroissement de près de 10%. Le gouvernement a prolongé la contribution des F-16 à la coalition internationale en Irak jusqu’au 1er juillet 2017. On rappelle que cette mission s’effectue en alternance avec les Pays-Bas faute de moyens. La présence militaire belge devrait diminuer courant 2016 en Afghanistan. La mission des 90 militaires belges au Mali au sein de l’EUTM doit prendre fin mi-mai 2016. Mais c’est peut-être au Sahel qu’on devrait avoir une surprise. Le gouvernement belge y prévoirait le déploiement de 300 militaires pour entamer une opération de « stabilisation » dans la région sans doute en soutien de l’opération Barkhane française. Le ministre de la Défense a confirmé cet engagement mi-décembre sans donner plus de précisions, parlant seulement d’un groupe tactique interarmes. Cela demande sans doute de la coordination avec ses partenaires : la France et les Pays-Bas. L’idée faisait déjà son chemin au mois de septembre. On parlait d’une compagnie de combat qui prendrait la relève d’une compagnie française au Niger pour mi-2016.

La Défense, en l’espace d’un an, est devenue un dossier important pour les politiques belges. Alors qu’il y a encore quelques mois on pouvait légitiment s’inquiéter de l’avenir de l’armée belge, ce n’est désormais plus le cas. La Belgique tient à garder sa posture d’allié fiable au sein de l’OTAN mais aussi à faire face à la menace terroriste. Cette dernière a jeté une image positive sur l’armée belge auprès de la population qui montre un soutien affiché et plutôt inédit.