Armée française en Afghanistan: Christophe Lafaye retrace la mémoire d’une guerre aujourd’hui oubliée 

COUV armee francaise genie combatJeudi dernier, l’historien Christophe Lafaye présentait à Besançon son tout premier ouvrage « L’armée française en Afghanistan, Le Génie au combat : 2001-2012 » qui est en fait l’édition de sa thèse qu’il a soutenu en 2014 et qui est sorti le 19 mai 2016 en librairie. C’était l’occasion pour lui de pousser sa réflexion au-delà de son livre telle une ouverture vers une autre piste de recherche.

Aujourd’hui oubliée, la guerre en Afghanistan a occupé le débat public jusqu’en 2012

Peu avant de commencer sa présentation, l’historien jurassien se confiait à un auditeur venu  l’écouter : « Il faut en parler sinon ça tombe en ruines. C’est tellement loin des gens aujourd’hui. » Une réalité qui s’est traduit par le nombre réduit d’auditeurs venus écouter la présentation. Pourtant l’intervention française en Afghanistan ne s’est terminée qu’il y a 4 ans et pose des questions essentielles sur l’enjeu autour des conditions d’engagement militaire de la France, estime l’historien. Au départ simple opération de maintien de la paix classique, l’intervention militaire française en Afghanistan s’est transformée en véritables opérations de guerre, comme un air de déjà vu dans l’histoire française. Mot tabou, la contre-insurrection s’est imposée à l’armée française. Le travail de Christophe Lafaye montre que l’analyse stratégique peut conduire à une réflexion sur la société et la politique, un condensé qu’il a retrouvé dans l’arme du génie.

Le génie, arme militaire et politique

« Le génie est une arme militaire mais aussi une arme politique avec son rôle d’assistance à la population, de construction et de déminage. » Christophe Lafaye défend son choix spécifique d’analyse porté sur le génie qui pourrait sans aucun doute se transposer sur les autres armes de l’armée française. « L’Afghanistan est un égalisateur de puissance à cause de son relief et de ses spécificités saisonnières », explique Christophe Lafaye avant de poursuivre « Le cauchemar c’est l’embuscade dans les villages afghans traditionnels. C’est du combat urbain cloisonné. » L’embuscade d’Uzbin sera un choc majeur non seulement pour la population, les politiques mais également pour l’armée française elle-même. Elle marque une rupture importante dans les choix stratégiques de l’armée française et accélère son adaptation aux opérations de guerre à la forme de guérilla.

La guerre en Afghanistan faussée dès le départ

« La contre-insurrection conduit à l’impasse. La clé du conflit c’est jouer bien avant. » Il est en effet difficile de faire adhérer une population à une cause quand on annonce en même temps qu’on va se retirer du pays. Une preuve de plus que l’agenda militaire  n’est pas toujours compatible avec l’agenda politique. D’ailleurs les négociations politiques et diplomatiques sur l’Afghanistan sont très présentes dans le livre car essentielles pour mieux comprendre l’évolution de l’engagement militaire français dans ce pays. Plus globalement, les Occidentaux se sont compliqués la tâche en engageant une guerre contre un pays, qu’ils ont désigné comme protecteur des responsables des attentats du 11 septembre 2001, avec une vision à court terme sans retenir les leçons du passé même le plus récent.

Image FRANCETV INFO

Image FRANCETV INFO

Au-delà du livre d’histoire, le livre de Christophe Lafaye est un hommage aux militaires français qui ont combattu en Afghanistan car il raconte leurs combats, leurs morts et leurs blessures. C’est l’occasion de se remémorer les noms des 89 militaires français qui ont perdu la vie dans ce conflit. Il prend tout son sens à une époque où le devoir de mémoire perd peu à peu de son essence. On peut espérer que ce premier travail historique sur la guerre en Afghanistan en amènera d’autres car il y a encore beaucoup de domaines de réflexion à explorer et tout un travail de recherche historique à faire.

Aujourd’hui les opérations de l’armée française sont Sentinelle, Barkhane, Chammal. Hier c’était Sangaris, Serval. Les opérations passent et se succèdent avec leur débat spécifique, obligeant l’armée française à s’adapter avec des moyens de plus en plus réduits et à faire face à de nouveaux défis. L’histoire est un éternel recommencement.

Christophe Lafaye, L’armée française en Afghanistan : Le Génie au combat 2001-2012, Paris, éditions du CNRS, 2016  Prix : 27€