Alzonne (Aude): une vingtaine de tombes profanées dont certaines d’anciens combattants 

Une quinzaine de tombes, certaines de combattants de la Première Guerre mondiale, ont été vandalisées dans le cimetière d’Alzonne, petit village de l’Aude près de Carcassonne le week-end dernier, ont annoncé la mairie et la préfecture. Des lunettes et des croix gammées ont été dessinées au marqueur, sur les photos déposées sur les tombes. C’est lundi matin que les services techniques de la ville ont découvert que des lunettes avaient été rajoutées au stylo-feutre à la photo d’un défunt. En poussant l’exploration plus loin, ils ont alors découvert qu’une vingtaine de tombes portaient les mêmes stigmates, dont des croix gammées, comme sur celle de l’ancienne ministre du premier gouvernement Juppé et élue de Toulouse, Françoise de Veyrinas, inhumée dans le cimetière de son village natal en 2008.

Une enquête judiciaire a été ouverte dès lundi par la gendarmerie. Les services de l’identité judiciaire de Carcassonne ont notamment procédé à des relevés d’empreintes sur les tombes. Certaines de ces empreintes ont été retrouvées au sommet des stèles ou pierres funéraires. L’enquête s’orienterait pour l’heure vers «des jeunes désœuvrés».

« Il semble que ces actes aient été commis au hasard. Ce sont des inscriptions qui n’ont aucun sens. Même si rien n’a été détruit, j’ai porté plainte », a commenté Régis Banquet, le maire d’Alzonne, qui a décidé de porter plainte pour dégradation. Le préfet, de son côté, a condamné « avec la plus grande fermeté » ces actes de vandalisme. Les services de la commune qui ont découvert les dégradations lundi matin à l’ouverture du cimetière, ont nettoyé les tombes et retiré certaines plaques pour pouvoir les restaurer plus facilement. Le cimetière est resté fermé lundi.