Algérie: un leader salafiste demande aux musulmans algériens de ne pas fêter le Nouvel An 

Un leader salafiste algérien, Abdelfatah Hamadache, a appelé ses compatriotes à ne pas célébrer mercredi soir la Saint-Sylvestre, la fête des « mécréants » et des « infidèles », dans un entretien avec la chaîne Nahar TV.« Il n’est pas permis de célébrer Noël, ni le Nouvel An du calendrier grégorien. Ce ne sont pas nos fêtes », a-t-il affirmé en répétant que cela « est haram » (illicite) du point de vue de l’islam.Abdelfatah Hamadache, qui milite notamment pour l’interdiction de l’alcool et du maillot de bain sur les plages, a récemment demandé au gouvernement de condamner à mort et d’exécuter l’écrivain-journaliste algérien Kamel Daoud pour « apostasie ».

Selon lui, « il n’est pas permis d’envoyer un sms de voeux, ni d’acheter ou de vendre la bûche », consommée par nombre d’Algériens pour le Nouvel An.« Quiconque célèbre une fête de mécréants sera assimilé à eux« , a-t-il averti en demandant au gouvernement d’adopter le calendrier musulman et d’abandonner le calendrier grégorien qui sert de référence pour la vie quotidienne de nombre de pays musulmans.Le calendrier hégirien commence avec l’hégire, l’émigration du prophète Mohammad, persécuté par ses adversaires, de La Mecque vers Médine en 622.

Les journaux algériens évoquent aujourd’hui pour certains le Nouvel An à la une de leur édition. Le journal La Nouvelle République publie un article sur ces milliers d’Algériens qui vont fêter  Noël à l’étranger et publie des témoignages de ces interlocuteurs: » En plus des menaces et des violences des intégristes islamistes, les patrons de ces lieux craignent la fermeture de leurs commerces dans le cas où ils serviraient des boissons alcoolisées…les imams nous traitent dans leurs prêches de mécréants et incitent à la violence à l’encontre de n’importe quelle personne qui ose parler de Noël ou d’envisager de fêter le nouvel an. » La majorité vont dans d’autres pays arabes pour le réveillon comme la Tunisie, d’autres vont en Europe et notamment en France.

Il n’en reste pas moins que Mawlid ennaboui Echarif, commandant de la gendarmerie nationale algérienne a annoncé la mobilisation de 40.000 gendarmes pour le maintien de l’ordre, la sécurité publique et la sécurité routière à l’occasion du Nouvel An.